Boekgegevens
Titel: Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Auteur: Oort, Matthieu van; Defoe, Daniel
Uitgave: Tiel: C. Campagne, 1832
5me éd. refaite et corr.
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 7084
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201582
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Vertalen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Vorige scan Volgende scanScanned page
( «3 )
\
on ignorait encore, men wislh. pleines voiles, met voile zei-
Jiog niet. len.
suspendre los lanternes , de Ian- tnnt, zoo wet
Larens uUhangcn. scène louchante, zielroerend
lunette d'approche , uei'vekij- tooneel.
ker. tordre, wringen.
faire force de rames, uîl jnovision , uoorraad uan le'
iuagt roeijen. vctismiddelen.
pavillon, x'iag. reto irner, terug keeren.
IX. Leçon.
3
On se rendit donc à Terre-Neuve, où des
vaisseaux Français recurent a bord ces infor-
Ù »
lunés.
Le capitaine s'en retourna aussitôt avec un
vent favorable, afin de continuer son voyage
pour la côte de Guinée, et en peu de temps
ils erirent fait de nouveau quelques centaines
de lieues.
Après quelques jours de navigation ils aper-
çurent un grand vaisseau, qui venait h eux.
11 tirait des coups de canon en signe de dé-
tresse et avait perdu ses mâts. Ils se dirigèrent
aussitôt vers lui et lorsqu'ils n'en étaient plus
qu'à une faible distance, ils virent des malheu-
reux quî leur criaient en levant les mains au
ciel: « Sauvez nous , sauvez nous ; nous allons
péi'ir sans votre secours! »
Le capitaine fit aussitôt mettre la chaloupe
en mer, prit avec lui quelques provisions, et
se rendit lui-même au vaisseau avec Hobinson,
Ils trouvèrent l'équipage dans la situation la
plus déplorable ; tous avaient un air affamé,
et la plupart pouvaient à peine se soutenir.
En entrant dans la cabane, un -spectacle af-
freux