Boekgegevens
Titel: Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Auteur: Oort, Matthieu van; Defoe, Daniel
Uitgave: Tiel: C. Campagne, 1832
5me éd. refaite et corr.
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 7084
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201582
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Vertalen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Vorige scan Volgende scanScanned page
( 95 )
intervalle, tnsschenpoos. déclaration, verklaring»
roouiiler, ten anker liggen* révolté , oproerige., muiteUng.
égarer, verdolen^ «oumettre , onàc.rwerpen.
ruse , list signifier , te kennen geven.
empresser , haasten. légitime , wettig.
fatiguer, vermoeijen supérieur, Aoq)^, o^^er/ioo/V.
course, loop rentrer en possession , weder
députer, afvaardigen. in hezit nemen
détachement , detnchement. protester , betuigen
cliquetis, gerinkel^ gekletter. s'noquitter, zich kwijten.
vraisemblance, waarschijnàjk' affranchir, bevrijden.
held.
LHI. Leçon.
Le charpenlier du navire eut ordre de ré-
parer les chaloupes dont on avait percé le
fond et on les remit toutes deux à flot. Le
capitaine, après avoir embrassé Robinson ^
mit à la voile.
Robinson n'aurait pas manqué d'accompagner
le capitaine, s'il n'avait jugé à propos de res-
ter avec Vendredi dans son île, pour garder
les prisonniers et pour veiller à la conservation
de son habitation qui renfermait toutes ses res-
sources. Le signal (de trois coups de canon)
dont il était convenu avec le capitaine devait lui
annonçer un bon succès. Cependant il était
déjà minuit et il ne les avait pas encore en-
tendus. Il commençait à renoncer à l'espéran-
ce de revoir sa patrie, quand tout à-coup il
entendit ce signal qn'il souhaitait si vivement.
Transporté de joie, il embrassait son cher
Vendredi, ne parlait que de Hambourg, de ses
parens et de ses amis et empaquetait déjà ses
effets.
Le matin ilWit le vaisseau à l'ancre près de
son