Boekgegevens
Titel: Méthode familière, pour ceux qui commencent à s'exercer dans la langue française = Gemeenzame leerwijze voor degenen, die zich in de Fransche taal beginnen te oefenen
Auteur: Marin, Pieter; Scheerder, H.
Uitgave: Amsterdam: Schalekamp en Van de Grampel, 1826
Amsterdam: A. Bakels
2e verb. dr.
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6334
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201359
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Méthode familière, pour ceux qui commencent à s'exercer dans la langue française = Gemeenzame leerwijze voor degenen, die zich in de Fransche taal beginnen te oefenen
Vorige scan Volgende scanScanned page
148 Méthode Familitre.
LETTRE POUR LE NOUVEL JN.
I. D'ufj ftls à son Père,
MON TRÈS-CHEll PAPA ,
Daignez agréer l'hommage des vœux que je ne cesse
d'adreSser au Ciel pour votre conservation ; ils sont bien
vifs et bien sincères, et s'étendent sans exception à
tout ce qui peut contribuer à voire bonheur. Oui , mon
très cher Papa, si Dieu exauce les prières du fils le
plus tendre, le plus refpectueux et le plus soumis, tou-
tes vos entreprises seront couronnées de succès; vous
jouirez constamment d'une parfaite santé , et après avoir
fourni dans ce m-onde une carrière aussi longue qu'exemp-
te de malheurs et de vicissitudes, vous jouirez éter-
nellement dans l'autre du digne prix, de vos vertus. Que
ne puis-je, mon très-cher Papa , contribuer à votre bon-
heur autrement que par des vœux! mais oui, je le puis ,
sans doute, en redoublant de zèle etd'application à mes
devoirs, et j'en prends l'engaiiement avec vous de tout
mon coeur. Le désir dc vous plaire et Je me rendrede
■ jour en jour plus digne de vos bontés, triomDhei'a aisé-
ment des conseils de la paresse et du goût pour la dis-
sipation qui est quelquefois bien vif; et tous les petits
sacrifices que je pourrai être obligé de faire, ma viv»
tendresse les changera en autant de jouissances.
Je suis avec un tendre respect;
2. A un Tuteur^ ou à une Tutrice.
mon cher tuteur, (ma ckère l^tjtrice,)
Je m'empresse de vous faire part des vœux ardents
que je fais pour vous dans ce renouvellement d'année ;
- c'est rhommage bien sincère et bien naturel de ma vive
reconnaissance, pour toutes les marques d'amirié que
vous ne cessez de me donner. Vous avez pour moi
toute la tendresse d'un père (d'une mère), et vous ne
négligez rien pour me dédommager de la perte cruelle
que j'aî faite dans un âge si tendre ; aussi je me sens
pour vous tous les sentiments d'un flls tendre et res-
pectueux, Le Ciel vous récompensera de cette con-
duite généreuse; et s'il dai;rne exaucer les vœux que
je lui adresse de tout mon cœur, pour que vous jouis-
siez, pendant un grand nombre d'années, de tous les biens
que nous pouvons nous promettre ici-bas, et que vous
ne terminiez votre carrière que pour en recommencer
une nouvelle, dontla félicité sera éternelle et inaltérable.