Boekgegevens
Titel: Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Auteur: Bruinvisch Maatjes, Adrianus
Uitgave: Zwolle: W.E.J. Tjeenk Willink, 1885
6e éd
Opmerking: II: Classes moyennes
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6308
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201348
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Vorige scan Volgende scanScanned page
97
C'est pourquoi", leur dit l'hirondelle,
„Mangez ce grain; et croyez-moi".
Les oiseaux se moquèrent d'elle:
Ils trouvaient aux champs trop de quoi.
Quand la chenevière fut verte.
L'hirondelle leur dit: „Arrachez brin à brin
Ce qu'a produit ce maudit grain;
Ou soyez sûrs de votre perte".
„Prophète de malheur! babillarde!" dit-on,
„Le bel emploi que tu nous donnes!
Il nous faudrait mille personnes
Pour éplucher tout ce canton".
Le chanvre étant tout à fait crû.
L'hirondelle ajouta: „Ceci ne va pas bien;
Mauvaise graine est tôt venue.
Mais, puisque jusqu'ici l'on ne m'a crue en rien.
Dès que vous verrez que la terre
Sera couverte, et qu'à leurs blés
Les gens n'étant plus occupés.
Feront aux oisillons la guerre.
Quand reginglettes et réseaux
Attraperont petits oiseaux,
Ne volez plus de place en place,
Demeurez au logis, ou changez de climat:
Imitez le canard, la grue, et la bécasse.
Mais vous n'êtes pas en état
De passer, comme nous, les déserts et les ondes.
Ni d'aller chercher d'autres mondes:
C'est pourquoi vous n'avez qu'un parti qui soit sûr:
C'est de vous renfermer aux trous de quelque mur".
Les oisillons, las de l'entendre.
Se mirent à jaser aussi confusément
Que faisaient les Troyens quand la pauvre Cassandre i)
Ouvrait la bouche seulement.
Il en prit aux uns comme aux autres:
Maint oisillon se vit esclave retenu.
Nous n'écoutons d'instincts que ceux qui sont les nôtres.
Et ne croyons le mal que quand il est venu.
La Fontaine.
') Fille (le Vriinn, roi de Troie. Elle reçut d'Apollon le don de
prophétie, et prédit à ses concitoyens, qui ne la crurent point, les
malheurs dont ils furent accablés à la prise de Troie.
Littératuke. II.