Boekgegevens
Titel: Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Auteur: Bruinvisch Maatjes, Adrianus
Uitgave: Zwolle: W.E.J. Tjeenk Willink, 1885
6e éd
Opmerking: II: Classes moyennes
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6308
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201348
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Vorige scan Volgende scanScanned page
93
tactique, se retrancha, pour les attendre dans des fossés
et des palissades.
Guillaume chargea un moine d'aller dire à Harold qu'il
se contenterait de partager le royaume avec lui. „S'il
s'obstine", ajouta Guillaume, „à ne point accepter ce que
je lui offre, tu lui diras devant ses gens qu'il est parjure
et menteur, que lui et tous ceux qui le soutiennent,
sont excommuniés de la bouche du pape et que j'en ai
la bulle". Le mot excommunication sembla d'abord étonner
les chefs anglais; ils finirent toutefois par jurer de ne faire
ni paix ni trêve avec l'envahisseur et de mourir ou chas-
ser les Normands. Ce fut le 14 octobre que les desti-
nées de la vieille Angleterre se décidèrent sur la colline
de Hastings. Après avoir vaillamment défendu sa cause,
le roi Harold et ses deux frères tombèrent morts au pied
de leur étendard qui fut arraché et remplacé par la ban-
nière envoyée de Rome. Le lendemain, au milieu du
monceau de cadavres entassés dans les redoutes, le corps
du roi saxon fut reconnu par une femme (Édithe au cou de Cy-
gne) qu'il avait aimée avant de monter sur le trône.
La Pérouse.
S'il est peu de voyageurs qui, fort heureusement, aient
eu un sort aussi funeste que La Pérouse, il n'en est pas
un seul de qui la mémoire soit plus que la sienne à l'abri
des outrages de l'oubli. Il paraît que la célébrité doit
être quelquefois une compensation du malheur. La Pé-
rouse, né en 1741 d'une famille noble du Languedoc,
avait déjà navigué sur toutes les mers connues, lorsque
le roi Louis XVI (1774—1793) le chargea d'un voyage
de découvertes. Il s'agissait principalement de continuer
et de compléter celui d'un autre malheureux navigateur,
le capitaine Cook, massacré à Owhyhée, une des îles
Sandwich, en 1779.
Louis XVI avait une prédilection marquée, un goût
très-éclairé pour les sciences géographiques. Il dressa lui-
même les instructions que devait suivre La Pérouse dans
son voyage. Ces instructions, d'ailleurs pleines d'une sa-
vante prévoyance, ne laissaient non plus rien à désirer
sous le rapport de l'humanité. Elles prescrivaient au capi-
taine de s'occuper avec zèle de tous les moyens propres
à améliorer la condition des peuples qu'il allait visiter.