Boekgegevens
Titel: Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Auteur: Bruinvisch Maatjes, Adrianus
Uitgave: Zwolle: W.E.J. Tjeenk Willink, 1885
6e éd
Opmerking: II: Classes moyennes
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6308
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201348
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Vorige scan Volgende scanScanned page
Après la mort d'Oldenbarneveld, ses deux fils prirent
part à une conspiration contre le prince Maurice. L'aîné
ayant été arrêté, la veuve du grand politique demanda
audience au prince qui, en qualité de stathouder, pouvait
accorder grâce au coupable. Le stathouder ne refusa pas
d'écouter la mère, mais il n'eut aucun égard à ses priè-
res , et lui dit qu'il était surpris de la voir demander grâce
pour son fils, elle qui n'avait point demandé la grâce de
son mari. „Je n'ai pas demandé la grâce de mon mari",
répondit l'auguste veuve, „parce qu'il était innocent; mais
je la demande pour mon fils, parce qu'il est coupable".
La brebis et le chien.
La brebis et le chien, de tous les temps amis,
Se racontaient un jour leur vie infortunée.
„Ah!" disait la brebis, „je pleure et je frémis.
Quand je songe au malheur de notre destinée.
Toi, l'esclave-) de l'homme, adorant des ingrats.
Toujours soumis, tendre et fidèle,
Tu reçois, pour prix de ton zèle.
Des coups et souvent le trépas.
Moi, qui tous les ans les habille 3),
Qui leur donne du lait et qui fume leurs champs,
Je vois chaque matin quelqu'un de ma famille *)
Assassiné par ces méchants.
Leurs confrères les loups dévorent ce qui reste.
Victimes de ces inhumains.
Travailler pour eux seuls et mourir par leurs mains,
Voilà notre destin 5) funeste!"
— Il est vrai", dit le chien ; „mais crois-tu plus heureux
Les auteurs de notre misère?
Va, ma sœur, il vaut encor mieux
Souffrir le mal que de le faire".
FI ori an.
») Pr. bre-bi; IV se lie: les brebis et les loit/ps, dites: les brebis
et les loups.
») Pr. è-skla-v\
') Pr. a-hi-ll\ Il mouillées, et non a-bi-ye. LL double, quand elle
est précédée d'an i, se prononce mouillée, comme
fille^ etc.; il faut se garder de.confondre cette prononciation, comme
font plusieurs, avec celle de l'y grec, et de dire pa-ye, boit-tè-ye,fi-ye.
Pr. fa mi'ir, Il mouillées, et non fa-mi-ye.
Destin, destinée^ pron. dè-stiriy dè-sii-née.