Boekgegevens
Titel: Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Auteur: Bruinvisch Maatjes, Adrianus
Uitgave: Zwolle: W.E.J. Tjeenk Willink, 1885
6e éd
Opmerking: II: Classes moyennes
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6308
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201348
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Vorige scan Volgende scanScanned page
79
c'était le plat d'argent du Masque de fer, et comme cet homme
simple ne savait pas lire, il pensa que ce plat était tombé
par mégarde dans les flots, et se hâta de le reporter au
gouverneur dans l'espoir d'une récompense.
Celui-ci eut à peine jeté les yeux sur l'écriture de son
prisonnier, qu'il devint pâle et tremblant, car c'était là
tout le secret dont il devait répondre sur sa tête. Il
regarda attentivement le pêcheur, et lui demanda d'une
voix émue s'il savait ce qui était écrit sur ce plat. Cet
liomme lui répondit ingénument qu'il n'avait pu déchiffrer
ce grimoire, et n'avait fait part à personne de sa ren-
contre. Alors le gouverneur parut soulagé d'une grande
crainte, et après avoir donné une somme d'argent au
pêcheur, il le renvoya en lui disant qu'il était bien heu-
reux de ne pas savoir lire.
Peu de temps après cet événement, l'homme au masque
de fer fut amené à Paris, dans une forteresse que l'on
nommait la Bastille; il y passa de longues années, et
mourut toujours environné du même mystère. On assure
même qu'après sa mort, son visage fut tailladé et rendu
méconnaissable, afin que ceux qui verraient ses traits in-
amimés, ne pussent y découvrir aucun signe propre à
dévoiler le secret impénétrable dont son existence avait
été enveloppée.
La première éruption du mont Vésuve.
L'an 79.
Le règne de l'empereur Titus, le meilleur prince qui
montât jamais au trône des Eomains, fut marqué parles
plus grandes calamités qui puissent peser sur la terre.
Une peste violente ravagea une partie de l'Italie; un
nouvel incendie réduisit en cendres plusieurs quartiers
de Rome, et enfin le mont Vésuve, ce volcan qui fume
encore aujourd'hui à quelque distance de Naples, mani-
festa pour la première fois sa présence par une épouvan-
table éruption.
Comme vous ne savez peut-être pas ce que c'est qu'un
volcan, je vais tâcher de vous en donner une idée avant
de raconter les désastres que causa le Vésuve dans la
première année du règne de Titus.
Un volcan est une montagne qui renferme une quantité