Boekgegevens
Titel: Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Auteur: Bruinvisch Maatjes, Adrianus
Uitgave: Zwolle: W.E.J. Tjeenk Willink, 1885
6e éd
Opmerking: II: Classes moyennes
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6308
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201348
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Vorige scan Volgende scanScanned page
71
de leurs sanglots et de leurs gémissements : le jeune Apol-
lodore surtout poussait des cris lamentables, tandis que
ses autres disciples se tordaient les mains pour cacher le
désespoir auquel ils étaient en proie; mais Socrate, au
milieu de cette scène de désolation, parassait inébran-
lable comme s'il eût été étranger à une si grande dou-
leur. „Quoi! mes amis", leur dit-il en s'efforçant de les
consoler, „j'ai éloigné les femmes et les enfants pour
m'épargner la vue de leur affliction, et aucun de vous
ne peut maîtriser la sienne?"
Pendant qu'il les encourageait ainsi par ses discours,
le poison commençait à produire son terrible effet, qui est
de saisir tout le corps d'un froid glacial ; bientôt il sentit
que ses jambes s'engourdissaient et ne pouvaient plus le
soutenir, et s'enveloppant dans son manteau, il se jeta
sur son lit. Alors ses yeux se fermèrent malgré lui ; et
ses amis qui l'envii'onnaient en étouffant leurs sanglots,
écoutaient attentivement sa respiration, qui paraissait
s'affaiblir de minute en mintite. Il leur semblait déjà
entièrement assoupi, lorsque tout à coup ouvrant les yeux
et les fixant sur Criton, qui était le plus rapproché de
lui: „Rappelez-vous", lui dit-il, „que dans ma dernière
maladie, nous avons promis un coq à Esciilape, et ne
manquez pas d'accomplir ce vœu".
Un instant après, cet homme de bien rendit le dernier
soupir; et la Grèce eut à déplorer le plus grand de tous
les crimes: celui d'avoir fait mourir un innocent.
La mort de Socrate et l'acharnement de ses ennemis
ne détruisirent point cependant l'école de philosophie
qu'il avait fondée à Athènes; elle fut rétablie peu de
temps après par Platon, l'un de ses plus illustres dis-
ciples, auquel nous devons le récit des derniers moments
de son maître.
Le gland ei la citrouille.
Dieu fait bien ce qu'il fait. Sans en chercher la preuve
En tout cet univers, et l'aller parcourant,
Dans les citrouilles je la treuve.
Un villageois, considérant
Combien ce fruit est gros et sa tige menue:
„A quoi songeait", dit-il, „l'auteur de tout cela?
Il a bien mal placé cette citrouille-là!