Boekgegevens
Titel: Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Auteur: Bruinvisch Maatjes, Adrianus
Uitgave: Zwolle: W.E.J. Tjeenk Willink, 1885
6e éd
Opmerking: II: Classes moyennes
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6308
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201348
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Vorige scan Volgende scanScanned page
59
écroulées les dernières, ont à peine laissé le temps d'en
sortir.
Les personnes qui ont eu le bonheur de sortir de la
ville, se sont rendues, partie nues, partie habillées, dans
une plaine qui est aux environs de Lisbonne. On a
campé pendant trois jours soiis des tentes qu'on a fait
dresser dans la plaine.
Le désordre qu'a causé un événement aussi sinistre,
a fait négliger le soin de pourvoir aux vivres ; de sorte
que près de deux cent mille personnes, qui s'étaient ré-
fugiées dans la plaine, ont été plus de vingt-quatre heures
sans avoir seulement un morceau de pain à manger.
Le roi d'Espagne, instruit de la catastrophe de cette
superbe ville, et prévoyant les besoins de ses infortunés
habitants, a donné ordre à ces sujets de porter des provi-
sions à Lisbonne, sans en exiger aucun paiement. La faim,
jointe à la frayeur, avait déjà exténué plusieurs person-
nes; mais quand on a vu arriver des chariots et des
bateaux chargés de vi\Tes, on s'est jeté avec avidité sur
ces secours qui semblaient être envoyés par le ciel.
Le tremblement a eu plusieurs reprises pendant treize
heures, savoir depuis 9 heures du matin jusqu'à 10 heu-
res du soir; mais les plus violentes ont été pendant les
dix premières minutes. De plus, les feux que la terre
en s'entr'ouvrant vomissait de ses entrailles, ont con-
sume un grand nombre de maisons qui avaient résisté aux
secousses du tremblement.
Dans le bouleversement général qui s'est fait de cette
gi-ande et riche ville, on a remarqué entre autres parti-
cularités, que la première secousse du tremblement de
terre commença par renverser de fond en comble le vaste
édifice^ appelé la Santa Casa, où le tribunal de l'inqui-
sition l) tenait ses séances, et dans lequel étaient ren-
fermés les prisonniers sujets à la juridiction de ce tri-
bunal. On vit en plusieurs endroits la terre s'ouvrir, et
jeter par ses ouvertures des tourbillons de feu qui mê-
laient leurs ravages à ceux que produisaient les secous-
ses. Plusieurs vaisseaux qui étaient sur le Tage, furent
engloutis, tant par l'agitation extraordinaire des eaux, que
par la chute du palais royal et des autres édifices situés
sur le bord de ce fleuve.
*) L'inquisition était un tribunal, pour juger et punir ceux que
l'on regardait comme hérétiques ou comme magiciens.