Boekgegevens
Titel: Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Auteur: Bruinvisch Maatjes, Adrianus
Uitgave: Zwolle: W.E.J. Tjeenk Willink, 1885
6e éd
Opmerking: II: Classes moyennes
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6308
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201348
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Vorige scan Volgende scanScanned page
46
Au milieu de ces réformes grandes et petites, qui fai-
saient les amusements du czar, et de la guerre terrible
qui l'occupait contre Charles XII, il jeta les fondements
de l'importante ville et du port de Pétersbourg i) en
1703, dans un marais où il n'y avait pas une cabane.
Pierre travailla de ses propres mains à la première mai-
son; rien ne le rebuta; des ouvriers furent forcés de venir
sur le bord de la mer Baltique des frontières d'Astracan,
des bords de la mer Koire et de la mer Caspienne. Il
périt plus de cent mille hommes dans les travaux qu'il
fallut faire et dans les fatigues et la disette qu'on es-
suya ; mais enfin la ville existe. Aussi les ports d'Astra-
can, d'Archangel et d'Azof furent construits.
Quand il eut créé sa nation, il crut qu'il lui était
bien permis de satisfaire son goût en épousant la célèbre
Catherine. Il fit ce mariage publiquement en 1712. Elle
adoucit beaucoup les mœurs de son mari; on l'aima et
on la révéra.
Le savant et le fermier.
Avec les animaux je veux passer ma vie,
Ils sont si bonne compagnie!
Je conviens cependant, et c'est avec douleur.
Que tous n'ont pas le même cœur.
Plusieurs que l'on connaît, sans qu'ici je les nomme,
De nos vices ont bonne part:
Mais je les trouve encor moins dangereux que l'homme;
Et, fripon pour fripon, je préfère un renard.
C'est ainsi que pensait un sage,
Un bon fermier de mon pays;
Depuis quatre-vingts ans, de tout le voisinage
On venait écouter et suivre ses avis.
Chaque mot qu'il disait était une sentence.
Son exemple surtout aidait son éloquence ;
Et, lorsque environné de ses quarante enfants,
Fils, petits-fils, brus, gendres, filles.
Bourg se pron. bour. Devant une voy. plusieurs prononcent le
g comme un h: un bour-k étendu; d'autres disent un bour^ étendu.
Dans tous les autres mots de cette finale, g est muet et on lie
avec IV; Un faiibou-r'incendié ; il est allé de Cherhouf à Sirasbour\
Il est muet dans les mots en erg p. ex. B.eidelbh\
*) Pr. è-gzan-pV.