Boekgegevens
Titel: Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Auteur: Bruinvisch Maatjes, Adrianus
Uitgave: Zwolle: W.E.J. Tjeenk Willink, 1885
6e éd
Opmerking: II: Classes moyennes
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6308
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201348
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Vorige scan Volgende scanScanned page
36
Sa peccadille i) fut jugée un cas pendable.
Manger l'herbe d'autrui! quel crime abominable!
Rien que la mort n'était capable
D'expier -) son forfait. On le lui fit bien voir.
Selon que vous serez puissant ou misérable ,
Les jugements du monde vous rendront blanc ou noir.
La découverte du nouveau monde.
IV« Partie.
La flotte appareilla du port de Cadix le 15 septembre,
et le vingt-sixième jour après son départ d'Espagne, elle
arriva heureusement à une île, à laquelle Colomb donna
le nom de Saint-Dominique; puis il découvrit l'île^de Gua-
deloupe, celle de Porto-Rico et plusieurs autres. Étant ar-
rivé à Hispaniola, il n'y trouva ni les Espagnols qu'il y
avait laissés, ni le fort qui y avait été construit, mais
seulement quelques ruines, des haillons et des armes mises
en pièces. Le frère du cacique, qui s'était déclaré ami
de Colomb, lui apprit que ses gens avaient commis, après
son départ, beaucoup d'injustices et de cruautés, et princi-
palement dans le district du cacique de Cibao, qui, irrité
de leur conduite eiïrénée, avait enfin pris les armes; qu'il
les avait surpris dans un moment, où, ne craignant rien,
ils s'étaient dispersés ; que la plus grande partie en avaient
été tués, et que les autres étaient morts de maladies, de
misère et de faim.
Colomb, extrêmement fâché de cet accident, fit bâtir
une ville bien fortifiée près de l'embouchure d'une rivière.
Il donna le nom d'Isabelle à cette ville, en l'honneur de
la reine d'Espagne. Pendant que l'on était occupé à bâtir
cette ville, Colomb se mit en marche avec un bon nombre
de ses gens, dans le dessein de pénétrer dans l'intérieur
du pays ; mais avant son départ, il voulut faire voir aux
Indiens la supériorité d'une armée européenne. Il fit
avancer ses troupes les rangs serrés, et au son d'une
musique guerrière il leur fit faire, surtout à la cavalerie,
des évolutions qui remplirent, les Indiens d'étonnement.
') Pr. pè-kka-di-ir, Il mouillées, et non pè-kka-di-ye.
* ) Pr. èk-spi-é.