Boekgegevens
Titel: Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Auteur: Bruinvisch Maatjes, Adrianus
Uitgave: Zwolle: W.E.J. Tjeenk Willink, 1885
6e éd
Opmerking: II: Classes moyennes
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6308
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201348
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Vorige scan Volgende scanScanned page
28
au terme des mers navigables. Colomb leur disait qu'ils
étaient de grands imbéciles, et qu'il était probable qu'ils
étaient peu éloignés d'un continent, sur le rivage duquel
ces herbes étaient venues. En même temps on aperçut
différents oiseaux qui prenaient leur vol du côté de l'ouest.
On continua donc gaiement la route; mais comme on avait
parcouru un espace de sept cent soixante-dix lieues mari-
nes , et qu'aucune terre ne paraissait encore, on se livra
aux lamentations et aux murmures. „Infortunés que nous
sommes!" s'écriaient les matelots, „quel était donc notre
délire, en nous laissant persuader de suivre un témé-
raire!" — Tous s'accordèrent à soutenir qu'il était temps
de penser au retour, et qu'il fallait forcer l'amiral à
renoncer à ses vains projets. Il y en avait même quel-
ques-uns qui furent d'avis de le jeter dans la mer pour
être débarrassés de lui. Colomb eut beaucoup de peine
à les apaiser. Mais peu de jours après on recommença
à murmurer, et Ton n'écouta plus ses représentations;
tout l'équipage le menaça de la mort, si à l'instant même
il ne virait de bord, pour reprendre le chemin de leur
patrie. Dans cette situation désespérée, il se vit forcé
de promettre aux mutins qu'il se rendrait à leurs désirs,
s'ils voulaient lui obéir encore pendant trois jours seule-
ment. On y consentit.
La laitière et le pot au lait.
Perrette, sur sa tête ayant un pot i) au lait,
Bien posé sur un coussinet,
Prétendait arriver sans encombre à la ville.
Légère et court-vêtueelle allait à grand pas.
Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile,
Cotillon simple et souliers plats.
Notre laitière, ainsi troussée,
Comptait déjà dans sa pensée
Tout le prix de son lait, en employait l'argent.
Achetait un cent d'œufs faisait triple couvée;
La chose allait à bien par son diligent.
') Pr. fO; le t ne se lie pas; excepté devant aUy aux: po-f i
Veau, po-fau lait.' Au plur., Vs se lie: des po-z enjolivés.
Pr. vé-tn\
Oeuf se prononce euf; au plur., Vf ni Vs ne se prononcent
des eu; T« se lie; des eû'Z au leurre noir.