Boekgegevens
Titel: Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Auteur: Bruinvisch Maatjes, Adrianus
Uitgave: Zwolle: W.E.J. Tjeenk Willink, 1885
6e éd
Opmerking: II: Classes moyennes
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6308
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201348
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Vorige scan Volgende scanScanned page
23
Il fallait voir ce petit vieillard, monté sur un âne,
parcourir successivement l'Italie et la France, et s'adres-
sant tour à tour aux peuples, aux seigneurs, aux évo-
ques, aux rois eux-mêmes, les supplier de ne point aban-
donner les malheureux chrétiens à la barbarie des infidèles,
ni le saint-sépulcre à leurs profanations; partout sur son
passage la foule s'assemblait pour l'entendre, et les prin-
ces eux-mêmes partageaient le respect qu'il imprimait à
la multitude.
Alors un nombre infini d'hommes, de femmes et d'en-
fants de totis les pays chrétiens, suivirent Pierre l'Ermite,
qui leur promit de les conduire à Jérusalem, et toute
cette foule se mit en marche en criant: Dieu le veut!
On leur donna le nom de croisés, parce qu'ils portaient
sur l'épaule droite une croix d'étoffe rouge, et leur entre-
prise reçut celui de croisade.
Je ne vous raconterai pas ici tout ce que cette multi-
tude de croisés eut à souffrir avant d'arriver à Jérusalem ;
il vous suffira de savoir qu'ils éprouvèrent toutes sortes
de maux pendant plus d'une année que dura leur voyage,
et que la plupart d'entre eux périrent sans avoir atteint
le but de leur dévotion ; car ceux qui ne moururent pas
de faim ou de misère, furent presque tous tués ou pris
par les Sarrasins, qui eurent la barbarie de crever les
yeux à beaucoup de ces malheureux.
Cependant une armée de croisés, conduite par Gode-
froy, duc de Bouillon, qui avait vendu son duché et fut
reconnu pour chef de la première croisade, s'empara enfin
de Jérusalem (1099), et ils oublièrent tous leurs maux
quand ils se furent prosternés devant le saint sépulcre,
dont Godefroy conserva la garde avec le titre de roi de
Jérusalem.
Lorsque vous lirez des livres plus savants que celui-ci,
mes bons amis, vous entendrez beaucoup parler des croi-
sades qui forment une des époques les plus remarquables
de l'histoire du monde, et comme il y eut successivement
plusieurs expéditions de ce genre, vous ferez bien de ne
point oublier que la première en eut lieu dans le temps
que Philippe I" régnait en France et que Thierry V
était comte de Hollande.