Boekgegevens
Titel: Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Auteur: Bruinvisch Maatjes, Adrianus
Uitgave: Zwolle: W.E.J. Tjeenk Willink, 1885
6e éd
Opmerking: II: Classes moyennes
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6308
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201348
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Vorige scan Volgende scanScanned page
22
La première croisade.
Vers la fin du onzième siècle, on rencontrait sur les
chemins beaucoup de gens qui, portant un grand chapeau
rond et une longue robe sur laquelle étaient attachés des
coquillages, s'en allaient priant Dieu, et un bâton blanc
à la main, faire un long voyage pour visiter le saint
sépulcre de Jérusalem, c'est-à-dire, le tombeau de Notre-
Seigneur Jésus-Christ.
Le pays où Jérusalem est située, se nomme la Palestine
ou la Terre Sainte, et c'est là qu'habitait autrefois le
peuple hébreu, dont vous avez sans doute déjà lu l'his-
toire. Actuellement il fait partie de la Turquie d'Asie.
Ces gens, que l'on nommait des pèlerins, devaient rester
plusieurs mois en route avant d'arriver à cette contrée
lointaine, et ils avaient à traverser un grand nombre de
pays barbares, où les attendaient les plus grands dangers ;
mais ils espéraient que Dieu ne les abandonnerait pas
dans cette entreprise, et qu'il ne permettrait pas aux
San-asins i) de les tuer, ni de les réduire en esclavage.
En effet, les Sarrasins étaient les maîtres de Jérusalem,
et comme ils haïssaient les Chrétiens, ils maltraitaient les
pauvres pèlerins et leur faisaient souffrir mille tourments
affreux.
Il y eut un homme, appelé Pierre l'Ermite, qui entre-
prit comme tant d'autres le pèlerinage de Jérusalem, et
lorsqu'il revint en France, il raconta d'une façon si tou-
chante les maux que les pèlerins avaient à souffrir dans
leur voyage, que les larmes venaient aux yeux de tous
ceux qui écoutaient ses récits.
Pierre l'Ermite était ainsi nommé, parce qu'avant d'aller
visiter la Terre Sainte, il avait vécu pendant plusieur.«
années dans un ermitage, c'est-à-dire, dans une petite
maison isolée que l'on plaçait ordinairement au milieu
d'un bois ou sur une montagne; et personne ne doutait
que Pierre ne dît exactement la vérité.
Pierre retourné de la Palestine à Rome, le pape Ur-
bain II lui avait permis d'engager les rois et les seig-
neurs chrétiens à réunir leurs soldats pour aller chasser
les Sarrasins de Jérusalem et leur an-acher le tombeau
de Jésus-Christ.
') Pr- sa-ra-zin.