Boekgegevens
Titel: Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Auteur: Bruinvisch Maatjes, Adrianus
Uitgave: Zwolle: W.E.J. Tjeenk Willink, 1885
6e éd
Opmerking: II: Classes moyennes
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6308
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201348
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Vorige scan Volgende scanScanned page
20
pouvoir bientôt plus continuer son voyage, proposa un
troc à rindien, dont le cheval était jeune et vigoureux.
Celui-ci ne le voulut pas; mais l'Espagnol, qui était bien
armé, lui enleva sa monture de force, et continua sa route.
L'Américain le suivit de loin jusque dans la ville pro-
chaine, et porta sa plainte au juge. L'Espagnol aussitôt
fut sommé de comparaître en justice et d'amener avec lui
son cheval. Il paraît, mais il nie effrontément la chose,
appelle l'Indien un coquin, assurant que le cheval lui
appartenait en propre, et que lui-même l'avait élevé.
Que faire? On n'avait ni preuves ni témoins, et le juge
était déjà sur le point de les congédier l'un et l'autre sans
sentence, lorsque l'Indien s'écria: „Le cheval m'appar-
tient, et je vais le prouver". En disant ces mots, il ôte
son manteau et le jette sur la tête du cheval. „Ordon-
nez", dit-il alors au juge, „ordonnez, s'il vous plaît, à
cet homme qui prétend avoir lui-même élevé le cheval,
de dire dans le moment de quel œil il est borgne". L'Es-
pagnol, pour ne pas se trahir, répond sans hésiter: „De
l'œil droit". — Attrapé", s'écria l'Indien en reprenant
son manteau : „il n'est borgne ni de l'œil droit ni du
gauche". Là-dessus le juge, convaincu par cette preuve
également ingénieuse et forte, adjugea le cheval à l'In-
dien , et punit rigoureusement l'Espagnol.
Le savetier et le financier.
Un savetier chantait du matin jusqu'au soir;
C'était merveille de le voir.
Merveille de l'ouïr; il faisait des passages i).
Plus content qu'aucun des sept sages -).
Son voisin, au contraire, étant tout cousu d'or,
Chantait peu, dormait moins encor:
C'était un homme de finance.
Si, sur le point du jour, parfois il sommeillait.
Le savetier alors en chantant l'éveillait;
Et le financier se plaignait
Que les soins de la Providence
N'eussent pas au marché fait vendre le dormir
Comme le manger et le boire.
') Passages, roulades, ornements ajoutés au chant.
') Thaïes, Bias, Solon, Cléobule, Chilon, Pittacus, Périandrc.