Boekgegevens
Titel: Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Auteur: Bruinvisch Maatjes, Adrianus
Uitgave: Zwolle: W.E.J. Tjeenk Willink, 1885
6e éd
Opmerking: II: Classes moyennes
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6308
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201348
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Vorige scan Volgende scanScanned page
136
comte Piper. „11 est pris avec tonte la chancellerie",
lui répondit-on. „Et le général Eenschild, et le duc de
Wurtemberg?" ajouta-t-il. „Ils sont aussi prisonniers",
lui dit Poniatowski. „Prisonniers chez des Russes!" re-
prit Charles, en haussant les épaxiles; „allons donc, allons
plutôt chez les Turcs". On ne remarquait pourtant point
d'abattement sur son visage ; et quiconque l'eiit vu alors,
et eût ignoré son état, n'eût point soupçonné qu'il fût
vaincu et blessé.
Voltaire ').
Aveuglement des hommes.
Traduction du Ps. XLVIII.
Qu'aux accents de ma voix la terre se réveille:
Rois, soyez attentifs; peuples, prêtez l'oreille;
Que l'univers se taise et m'écoute parler!
Mes chants vont seconder les accords de ma lyre:
L'esprit saint me pénètre; il m'échauffe, il m'inspire
Les grandes vérités que je vais révéler.
L'homme en sa propre force a mis sa confiance.
Ivre de ses grandeurs et de son opulence,
L'éclat de sa fortune enfle sa vanité.
Mais, ô moment terrible, ô jour épouvantable.
Où la mort saisira ce fortuné coupable.
Tout chargé des liens de son iniquité!
Que deviendront alors, répondez, gens du monde,
Que deviendront ces biens où votre espoir se fonde,
Et dont vous étalez l'orgueilleuse moisson?
Sujets, amis, parents, tout deviendra stérile.
Et, dans ce jour fatal l'homme à l'homme inutile
Ne paîra point à Dieu le prix de sa rançon.
Vous avez vu tomber les plus illustres têtes;
Et vous pourriez encore, insensés que vous êtes,
Ignorer le tribut que l'on doit à la mort?
Non, non: tout doit franchir ce terrible passage;
Le riche et l'indigent, l'imprudent et le sage.
Sujets à même loi, subissent même sort.
D'avides étrangers, transportés d'allégresse.
Engloutissent déjà tout cette richesse,
') Un des plus profonds penseurs du 18« siècle (1694—1778).