Boekgegevens
Titel: Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Auteur: Bruinvisch Maatjes, Adrianus
Uitgave: Zwolle: W.E.J. Tjeenk Willink, 1885
6e éd
Opmerking: II: Classes moyennes
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6308
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201348
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Vorige scan Volgende scanScanned page
131
La grandeur et la sagesse de Dieu.
Traduction du Ps. VIII.
0 suprême grandeur! ô sagesse ineffable!
Ton nom remplit la terre, et ta gloire admirable
Éblouit en tous lieux.
Les anges devant toi baissent leurs yeux timides,
Monarque, qui du haut du trône où tu résides.
Sous tes pieds vois les eieux.
Ce stupide mortel, s'il est vrai qu'il t'ignore,
De l'enfant qu'au berceau le lait nourrit encore.
Peut prendre des leçons.
La langue de l'enfant qui tient de toi la vie,
Pour bénir ta puissance, et confondre l'impie,
Forme ses premiers sons.
Pour moi, lorsque la nuit vient déployer ses voiles
Où tes prodigues mains ont semé tant d'étoiles.
Je t'adresse ma voix;
Lorsque l'astre du jour rentre dans sa carrière,
Je redouble mes chants, et c'est dans sa lumière
La tienne que je vois.
D'ouvrages merveilleux la foule est innombrable;
L'homme n'y paraît plus que l'amas méprisable
De la chair et du sang;
Dans ta cour toutefois que tes bontés l'honorent!
Presque égal aux esprits qui sans cesse t'adorent,
Il tient le second rang.
Tu veux qu'à ses besoins ici-bas tout conspire.
Les plus fiers animaux reconnaissent l'empire
Qu'il a reçu de toi;
Ceux qui de l'Océan parcourent les abîmes,
Ceux qui fendent de l'air les campagnes sublimes,
Tous respectent leur roi.
Que de biens tu nous fais, ô sagesse ineffable!
Ton nom remplit la terre, et ta gloire admirable
Éblouit en tous lieux.
Les anges devant toi baissent leurs yeux timides.
Monarque qui du haut du trône où tu résides.
Sous tes pieds vois les cienx.
L. Racine.
9*