Boekgegevens
Titel: Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Auteur: Bruinvisch Maatjes, Adrianus
Uitgave: Zwolle: W.E.J. Tjeenk Willink, 1885
6e éd
Opmerking: II: Classes moyennes
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6308
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201348
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Vorige scan Volgende scanScanned page
119
Partagera la sainte joie:
Et les frémissements de l'enfer irrité
Ne pourront faire obstacle à sa félicité.
Eo us se au ').
Les Bohémiens.
C'est le nom qu'on donne en France à un peuple no-
made et vagabond, qui parut pour la première fois en
Europe dans le XV" siècle, et se répandit d'abord en
Hongrie et en Bohême, puis en Allemagne, en Italie, en
France, en Espagne, en Angleterre, où ils portent diffé-
rents noms. Les Italiens les appellent zingari, les Espa-
gnols (jitanos, les Anglais gypsies on égyptiens, les Alle-
mands ziyeuner et les Portugais ciganos. En dépit des
persécutions que ces malheureux ont essuyées jusqu'à la
fin du XVIII" siècle de la part des souverains et des
peuples de tous les pays, ils subsistent encore, errant,
dérobant, et disant la bonne aventure. Toutefois ils ne
sont pas tous errants ; en Turquie, en Hongrie ils sont for-
gerons, chaudronniers et joueurs d'instruments. En Tran-
sylvanie, en Moldavie, en Valachie, ils sont nombreux,
ont des résidences fixes, vivent dans l'aisance, se donnent
des chefs qu'ils nomment pompeusement rois, ducs et vay-
vodes. En Espagne, s'il y en a qui habitent les mon-
tagnes, d'autres ont des quartiers séparés dans les villes de
Cordoue et de Séville. En Angleterre ils sont maquignons,
vétérinaires, maréchaux forains, contrebandiers et voleurs.
En Eussie, il y en a aussi d'établis. La comtesse Tol-
stoï est même une Bohémienne. Mais quelle que soit leur
manière de vivre, partout les Bohémiens ont conservé leur
langue, leurs mœurs et leur respect pour les chefs qu'ils
se donnent.
On ignore l'origine de ce peuple. L'opinion la plus pro-
bable à cet égard, c'est qu'ils viennent de l'Ép-pte supé-
rieure, et que ce sont des^ Perses qui s'y étaient établis
lors de la conquête de l'Égypte par Cambyse. Bien des
mots de leur langue, le nom même qu'ils se donnent,
décèlent cette origine, et dans leurs chansons et poésies
') Écrivain français du 18» siècle (1670—1741). Il égala dans
ses psaumes l'onction et l'harmonie qu'on remarque dans les cantiques
de Racine.