Boekgegevens
Titel: Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Auteur: Bruinvisch Maatjes, Adrianus
Uitgave: Zwolle: W.E.J. Tjeenk Willink, 1885
6e éd
Opmerking: II: Classes moyennes
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6308
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201348
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Littérature de l'enfance: choix de morceaux, destinés à l'usage des écoles
Vorige scan Volgende scanScanned page
Mil
108
Les Phéniciens ont le commerce de tous les peuples,
jusqu'au détroit de Gadès, et ils ont même pénétré dans
le vaste Océan qui environne toute la terre. Ils ont fait
aussi de longues navigations sur la mer Eouge; et c'est
par ce chemin qu'ils vont chercher, dans des îles incon-
nues, de l'or, des parfums, et divers animaux qu'on ne
voit point ailleurs. Je ne pouvais rassasier mes yeux
du spectacle magnifique de cette grande ville, où tout
était en mouvement. Je n'y voyais point, comme dans
les villes de la Grèce, des hommes oisifs et curieux qui
vont chercher des nouvelles dans la place publique, ou
regarder les étrangers qui arrivent sur le port. Les
hommes sont occupés à décharger leurs vaisseaux, à
transporter leui's marchandises, ou à les vendre, ou à
ranger leurs magasins, et à tenir un compte exact de ce
qui leur est dû par les négociants étrangers; les femmes
ne cessent jamais de filer les laines, ou de faire des des-
sins de broderie, ou de ployer les riches étoffes.
Fénelon i). Télémaque^ liv. IIL
Les pyramides d'Égypte.
La main du temps, et plus encore celle des hommes,
qui a ravagé tous les monuments de l'antiquité, n'ont rien
pu jusqu'ici contre les pyramides. La solidité de leur
construction et l'énormité de leur masse les ont garanties
de toute atteinte, et semblent leur assurer une durée
éternelle. Les voyageurs en parlent tous avec enthou-
siasme, et cet enthousiasme n'est point exagéré. On com-
mence à voir ces montagnes factices, à dix-huit lieues
avant d'y arriver. Elles semblent s'éloigner à mesure
qu'on s'en approche; on en est encore à une lieue, et
déjà elles dominent tellement sur la tête qu'on croit être
à leur pied; enfin on y touche, et rien ne peut exprimer
la variété des sensations qu'on y éprouve ; la hauteur de
leur sommet, la rapidité de leur pente, l'ampleur de leur
surface, le poids de leur assiette, la mémoire des temps
qu'elles rappellent, le calcul du travail qu'elles ont coûté,
l'idée que ces immenses rochers sont l'ouvrage de l'homme,
') Digne pre'lat et ce'lèbre auteur du 17® siècle (1651—1715),
précepteur du duc du Bourgogne, fils de Louis XIV.