Boekgegevens
Titel: Livre de lecture et de version à l'usage des écoles catholiques
Deel: 5me partie
Auteur: [niet beschikbaar]
Uitgave: Tilbourg: presse a vapeur de l'hospice des orhelins, 1894
2me éd
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6188
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201302
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Livre de lecture et de version à l'usage des écoles catholiques
Vorige scan Volgende scanScanned page
Pâques c'est la joie de la nature. Il nous ramène avec
le printemps la belle verdure, les fleurs et les chants.
Le matin du jour de Pâques, on se saluait autrefois
par ces paroles : Le Christ est ressuscité ! Et chacun
se hâtait de répondre : Il est ressuscité , réjouissons-
nous ! La foi de nos pères se traduit dans') ce pieux
usage. Il s'est encore conservé au sein de la popula-
tion véritablement chrétienne de Rome, où les amis
ne s'adressent pas d'autre félicitation en ce jour.
Le Christ est ressuscité, alléluia ! c'est la parole
que les saintes femmes firent entendre dans le cénacle,
au milieu des disciples étonnés.
Dès l'aurore du troisième jour qui suivit le cruci-
fiement du Sauveur , Marie-Madeleine , Marie, mère de
saint Jacques, et Marie Salomé, accompagnées d'autres
pieuses servantes de Jésus, se réunirent pour se rendre
au tombeau. C'était le premier jour de la semaine,
le dimanche des chrétiens.
Elles achetèrent des parfums et des aromates pour
embaumer le corps de Jésus-Christ. Chemin faisant
elles pensèrent aux difficultés de leur entreprise et
elles dirent : « Qui pourra enlever la pierre qui ferme
l'entrée du tombeau ?" Elles ignoraient que les princes
des prêtres avaient établi une garde auprès du sépulcre
pour en éloigner tous les visiteurs.
Le soleil commençait à paraître, lorsque les saintes
femmes parvinrent au jardin dans lequel le sépulcre
était placé. Mais quel est leur étonnement ! La pierre
a été enlevée et le tombeau est ouvert. Étant entrées,
2. Se traduit, openbaart zich.