Boekgegevens
Titel: Livre de lecture et de version à l'usage des écoles catholiques
Deel: 5me partie
Auteur: [niet beschikbaar]
Uitgave: Tilbourg: presse a vapeur de l'hospice des orhelins, 1894
2me éd
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6188
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201302
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Livre de lecture et de version à l'usage des écoles catholiques
Vorige scan Volgende scanScanned page
71
— Mille canons'^)! grommela-t-il ; il y a tout de
même'*) de la misère dans ce Paris. Gomment t'ap-
pelles-tu, bibi'»)?
— Jean.
— Jean qui ?
— Rien que Jean.
— Et que veux-tu dire à la sainte "Vierge?
— Je veux lui dire que maman dort depuis hier
soir, et qu'elle vienne l'éveiller : moi je ne peux pas.
La poitrine du vétéran se serra car il avait peur
de comprendre'^). Il demanda pourtant encore:
— Que parlais-lu de soupe tout à l'heure ?
— Je voudrais aussi que la bonne Vierge en apportât,
car avant de s'endormir, maman m'avait donné notre
dernier morceau de pain.
— Et qu'avait-elle mangé?
— Il y avait deux jours qu'elle disait : « Je n'ai plus
faim."
— Comment as-tu fait quand tu as voulu l'éveiller?
— Eh bien ! comme toujours : je l'ai embrassée.
— Respirait-elle ?
Jean sourit.
— Je ne sais pas, répondit-il ; est-ce qu'on ne res-
pire pas toujours?
Papa Bouin tourna la tête, parce que de grosses
larmes lui coulaient sur les joues. Ensuite, d'une voix
qui tremblait un peu, il reprit :
13. Mille canons, duizend hommen en granaten. 14. Tout de
même, tock waarlijk. 15. Arm êchaap, 16. La poitrine du vétéran
se serra, ket werd den ouden krijgsman wee om het hart. 17. II
avait peur de comprendre, hij vreesde de waarheid te raden.