Boekgegevens
Titel: Livre de lecture et de version à l'usage des écoles catholiques
Deel: 5me partie
Auteur: [niet beschikbaar]
Uitgave: Tilbourg: presse a vapeur de l'hospice des orhelins, 1894
2me éd
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6188
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201302
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Livre de lecture et de version à l'usage des écoles catholiques
Vorige scan Volgende scanScanned page
19
9. La Baleine.
La baleine est le plus grand animal que l'on con-
naisse ; elle surpasse de beaucoup l'éléphant, l'hippo-
potame et le rhinocéros. Les os de la face acquièrent
un tel développement que la tête en devient mon-
strueuse'). Au lieu de dents, dont ces animaux sont
dépourvus, leur mâchoire supérieure est garnie de
fanons, de trois à quatre mètres de longueur, mais
diminuant graduellement en largeur et en épaisseur de
la base à leur extrémité'') ; ils sont serrés les uns
contre les autres comme des dents de peigne; on en
compte de trois à quatre cents de chaque côté de la
mâchoire supérieure; la mâchoire inférieure les reçoit
dans une gouttière') Ils sont destinés à retenir les
petits animaux dont se nourrit la baleine.
La langue de ces animaux, quelquefois d'une lon-
gueur de neuf mètres sur trois ou quatre de large,
est épaisse, molle , spongieuse et grasse ; on en extrait
jusqu'à six tonneaux d'huile.
Le gosier doit être considéré comme très étroit rela-
tivement à la gueule , capable de contenir une barque
et les hommes qui la montent. Les yeux ne sont pas
beaucoup plus grands que ceux d'un bœuf.
La baleine atteint d'énormes dimensions : on en a
vu de près de cent mètres de longueur et dont le
poids dépassait cent cinquante mille kilogrammes; mais
1. Wanstaltig. 9. De la base à leur extrémité, van è/vennaar
beneden. 3. Gleuf.