Boekgegevens
Titel: Livre de lecture et de version à l'usage des écoles catholiques
Deel: 5me partie
Auteur: [niet beschikbaar]
Uitgave: Tilbourg: presse a vapeur de l'hospice des orhelins, 1894
2me éd
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6188
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201302
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Livre de lecture et de version à l'usage des écoles catholiques
Vorige scan Volgende scanScanned page
121
Les chiens se rangèrent près d'eux,
Tristes , humiliés , mornes , l'oreille basse ,
Plaignant, sans l'excuser, leur frère malheureux.
Tout le monde attendait, dans un profond silence.
Mouflard parait bientôt, conduit par deux pasteurs.
Il arrive ; et, levant au ciel ses yeux en pleurs,
Il harangue ainsi l'assistance :
0 vous, qu'en ce moment je n'ose et je ne puis
Nommer comme autrefois , mes frères , mes amis ,
Témoins de mon heure dernière ,
Voyez où peut conduire un coupable désir !
De la vertu quinze ans j'ai suivi la carrière,
Un faux pas m'en a fait sortir.
Apprenez mes forfaits. Au lever de l'aurore ,
Seul, auprès du grand bois, je gardais le troupeau ;
Un loup vient, emporte un agneau ,
Et tout en fuyant le dévore.
Je cours, j'atteins le loup, qui, laissant son festin ,
Vient m'attaquer : je le terrasse ,
Et je l'étrangle sur la place.
C'était bien jusque là ; mais pressé par la faim,
De l'agneau dévoré je regarde le reste ,
J'hésite, je balance.... A la fin cependant
J'y porte une coupable dent") :
Voilà de mes malheurs l'origine funeste.
La brebis vient dans cet instant
Et jette des cris de mère').. ..
La tête m'a tourné , j'ai craint que la brebis
Ne m'accusât d'avoir assassiné son fils;
6. J'y porte une coupable dent, ik bijt toe. 7. Jette des cris,
de mère, slaakt moederlyke jammerkreten.