Boekgegevens
Titel: Livre de lecture et de version à l'usage des écoles catholiques
Deel: 5me partie
Auteur: [niet beschikbaar]
Uitgave: Tilbourg: presse a vapeur de l'hospice des orhelins, 1894
2me éd
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6188
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201302
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Livre de lecture et de version à l'usage des écoles catholiques
Vorige scan Volgende scanScanned page
118
rassurer, quand sur l'heure où il me semblait que le
jour ne pouvait être loin, j'entendis au-dessous de moi
notre hôte et sa femme parler et se disputer, et prêtant
l'oreille par la cheminée qui communiquait avec celle
d'en bas, je distinguai ces propres mots du mari :
c( Eh bien, enfin , voyons, faut-il les tuer tous deux ?"
A quoi la femme répondit : « Oui," et je n'entendis
plus rien.
Que vous dirai-je? Je restai respirant à peine'"),
tout mon corps froid comme un marbre ; à me voir,
on n'eût su si j'étais mort ou vivant. Ah ! quand j'y
pense encore ! Nous deux, presque sans armes, contre
eux douze ou quinze, qui en avaient tant 1 L'appeler,
faire du bruit, je n'osais ; m'échapper tout seul, je ne
pouvais ; la fenêtre n'était guère haute, mais en bas
deux gros dogues hurlant comme des loups. ...
En quelle peine je me trouvais ! Qu'on l'imagine si
l'on peut.
Au bout d'un quart-d'heure, qui fut long, j'entendis
sur l'escalier quelqu'un, et par la fente de la porte,
je vis le père, sa lampe dans une main , dans l'autre
un de ses grands couteaux II montait, sa femme
après lui, — moi derrière la porte. Il ouvrit : mais
avant d'entrer, il posa sa lampe, que sa femme vint
prendre, puis il entra pieds nus, et elle de dehors lui
disait à voix basse, masquant avec ses doigts le trop de
lumière de la lampe ") : « Doucement, va doucement.'
10. Je restai respirant à peine , ik stond, daar schier ademloos.
11. Masquant avec ses, etc., hare vingers voor het al te heldere
licht enz. houdende.