Boekgegevens
Titel: Livre de lecture et de version à l'usage des écoles catholiques
Deel: 5me partie
Auteur: [niet beschikbaar]
Uitgave: Tilbourg: presse a vapeur de l'hospice des orhelins, 1894
2me éd
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 6188
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201302
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Livre de lecture et de version à l'usage des écoles catholiques
Vorige scan Volgende scanScanned page
8
elles ne trouvent pas le corps du Sauveur. Marie
Madeleine alors retourne à Jérusalem et dit à Pierre
et à Jean : « Ils ont enlevé le Seigneur du tombeau ,
et nous ne savons pas où ils l'ont mis." Puis elle se
rend de nouveau au sépulcre.
Les autres femmes qui étaient restées auprès du
sépulcre, aperçurent un jeune homme , assis à droite,
revêtu d'une robe blanche, et elles furent effrayées.
L'ange leur dit : « Ne craignez point, vous cherchez
Jésus de Nazareth, qui a été crucifié ; il est ressuscité ;
il n'est point ici : voilà le lieu où on l'avait mis.
Rappelez-vous comment il vous a parlé lorsqu'il était
encore en Galilée : «Il faut que le Fils de l'homme soit
livré entre les mains des pécheurs, qu'il soit crucifié
et qu'il ressuscite le troisième jour." Allez et dites à
ses disciples et à Pierre qu'il vous précède en Galilée ;
là vous le verrez, comme il vous l'a dit."
Les saintes femmes retournèrent dans la ville et
racontèrent aux disciples tout ce qu'elles avaient vu et
entendu ; mais les disciples refusèrent d'ajouter foi à
ce qu'ils venaient d'entendre.
Pierre et Jean voulurent s'assurer par eux-mêmes
de l'événement. Ils sortirent et vinrent au sépulcre.
Jean était arrivé le premier, mais il n'entra qu'après
Simon-Pierre ; il vit et il crut.
Marie-Madeleine ne pouvait s'éloigner du tombeau
de son Maître ; elle était debout en dehors du tombeau
et pleurait. Deux anges alors lui apparurent et lui
dirent : « Femme , pourquoi pleurez-vous ?" Elle leur
répondit : « Parce qu'on a enlevé mon Seigneur, et je
ne sais pas où on l'a mis."