Boekgegevens
Titel: Premières lectures françaises: Fransch leesboek voor de lagere klassen der hoogere burgerscholen enz.
Auteur: Herrig, Ludwig; Helderman, D.J.
Uitgave: Deventer: A. ter Gunne, 1871
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: NO 09-353
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_200765
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Leesvaardigheid, Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Premières lectures françaises: Fransch leesboek voor de lagere klassen der hoogere burgerscholen enz.
Vorige scan Volgende scanScanned page
— 48
La fin couronne Toeuvre.
L'habitu(k_eat. une seconde nature.
L'oisiveté^t la mère de tous les vices.
Le paresseux est frère du mendiant.
Qui trop se hâte , reste en chemin.
Un menteur u'est point écoulé , même en
disant la vérité.
La vanité est la mère du mensonge.
il ne faut pas condamner sans entendre.
Au besoin on reconnaît l'ami.
Tout ce qui reluit n'est pas or.
Autant de têtes, autant d'avis.
Mange pour vivre, et ne vis pas pour
manger.
Ceux qui se ressemblent, s'assemblent.
Une hirondelle ne fait pas le printemps.
La nuit porte conseil.
L'homme propose et Dieu dispose.
L'adversité rend sage.
On ne doit appeler personne heureux avant
sa moi t.
Dis-moi qui tu hantes et je te dirai qui
lu es.
Au royaume des aveugles les borgnes sont
rois.
Les petits ruisseaux font les grandes'ri-
vières.
65. PENSEES POUR TOUS.
Quels sont les buts qui sont en même
temps des devoirs? — Ce sont les perfec-
tionnements de nous-mêmes et les félicités
des autres.
Si un parvenu se souvient de son origine,
on l'oublie; s'il l'oublie, on s'en souvient.
Quand on a dit à l'homme : »Connais-
toi," ce n'est pas seulement pour rabaisser
son orgueil, c'est aussi pour lui faire sentir
ce qu'il vaut.
Le génie méconnu ressemble au ver lui-
sant; il faut pour qu'ilslirillent tous deux,
au premier l'ombre du passé, au second celle
du soir.
66.
CONSEILS A UN ENFANT.
Oh ! bien loin de la voie
Où marche le pécheur,
Chemine où Dieu t'envoie;
Enfant ! garde ta joie ;
Lis ! garde ta blancheur.
Sois humble! que t'importe
Le riche et le puissant !
Uu souffle les emporte.
La force la plus forte
C'est un cœur innocèut.
("V. Hugo.)
67. PRIERE-
68. LES FUNERAILLES EN CHINE.
Dès qu'un "Chinois est mort, son parent
le plus proche lui ferme les yeux, le nez et
les oreiles hermétiquement, et lui met dans
la bouche une pièce de monnaie.; p'uis il se
rend à une source sacrée où, en échange de
papier doré ou argenté, on lui donne une
certaine quantité d'eau qui sert à laver le
corps du défunt. Pendant trois jours et
trois nuits, des bonzes, accourus sur l'appel
de la famille, récitent des prières qu'ils
n'interrompent que pour frapper leurs cym-
bales et leurs tam-tams en poussant des cris
funèbres. Plus ils font de bruit, plus ils
espèrent chasser le mauvais génie qui^ tou-
jours vient pour s'emparer de l'âme du défunt.
Ce n'est que trois jours après le décès que
le mort, revêtu de ses habits de fête, est
mis dans un cercueil et conduit dans le lieu
de sépulture.
En avant du cortège s'avanceut deux grou-
pes de quatre hommes vêtus de blanc, qui,
comme dans les Indes, est Tiudice du grand
deuil.
Le premier groupe porte les tablettes mor-
tuaires, ainsi qu'une epitaphe en gros carac-
tères; le sécond porte le corps sur un bran-
card. Utt bonze précède le corps, un autre
Notre père des cieux. Père de tout le
monde, [soin ;
De vos petits enfants c'est vous qui prenez
Mais à tant de bonté vous voulez qu'on li
réponde, '
Et qu'on demande aussi, dans une foi pro- ■
fonde, i
Les choses dont on a besoin. i
Vous m'avez tout donné, la vie et la lumière, [
Le blé qui fait le pain, les fleurs qu'on
aime à voir.
Et mon père et ma mère, et ma famille
entière ;
Moi, je n'ai rien pour vous, mon Dieu, que
la prière
Que je vous dis matin et soir.
Notre père des cieux, bénissez ma jeunesse!
Pour mes parents, pour moi, je vous prie
à genoux.
Afin qu'ils soient heureux, donnez-moi la
sagesse, [cesse,
Et puissent leurs enfants les contenter sans
Pour être aimés d'eux et de vous!
(M. A. Tastu.)