Boekgegevens
Titel: Premières lectures françaises: Fransch leesboek voor de lagere klassen der hoogere burgerscholen enz.
Auteur: Herrig, Ludwig; Helderman, D.J.
Uitgave: Deventer: A. ter Gunne, 1871
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: NO 09-353
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_200765
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Leesvaardigheid, Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Premières lectures françaises: Fransch leesboek voor de lagere klassen der hoogere burgerscholen enz.
Vorige scan Volgende scanScanned page
— 203 —
101. TROIS JOURS DE CHRISTOPHE
COLOMB.
aux américains.
»En Europe ! en Europe! — Espérez! —Plus
d'espoir !
»— Trois jours, leur dit Colomb, et je vous
donne un monde."
Et son doigt le montrait, et son œil, pour le voir,
Perçait de l'horizon l'immensité profonde.
Il marche, et des trois jours le premier jour
a lui,
11 marche, et l'horizon recule devant lui;
Il marche, et le jour baisse. Avec l'azur de
Tonde
L'azur d'un ciel sans borne à ses yeux se
confond.
Il marche, il marche encore, et toujours;
et la sonde
Plonge et replonge en vain dans une mer
sans fond.
Le pilote en silence, appuyé tristement
Sur la barre qui crie au milieu des ténèbres,
Ecoute du roulis le sourd mugissement,
Et des mâts fatigués les craquements funèbres.
Les astres de TEurope ont uisparu des cieux;
L'ardente croix du sud épouvante ses yeux.
Enfin l'aube attendue, et trop lente à paraître,
Blanchit le pavillon de sa douce clarté:
hColomb, voici le jour! le jour vient de
renaître '
»— Le jour! et que vois-tu? — Je vois
l'immensité."
Qu'importe? il est tranquille.... Ah! Tavez-
vous pensé ?
Une main sur son cœur, si sa gloire vous tente,
Compter .les battements de ce cœur oppressé.
Qui s'élève et retombe, et -languit dans l'at-
tente ;
Ce cœur qui, tour à tour brûlant ou sans
chaleur,
, Se gonfle de plaisir, se brise de douleur;
Vous comprendrez alors que durant ces
journées
Il vivait, poursoufî"rir, dessièclesparmoments.
' Vous direz : ces trois jours dévorent des
années.
Et sa gloire est trop chère au prix de ses
tourments !
Oh ! qui peindra jamais cet ennui dévorant.
Ces extases d'espoir, ces fureurs solitaires,
D'un grand homme ignoré qui lui seul se
comprend P
Eou sublime, insulté par des sages vulgaires !
Tu le fus, Galilée ! Ah ! meurs. w . Infortuné,
A quel horrible effort n'es-tu pas condamné,
Quand, pâle, et d'une voix que la douleur
altère,
Tu démens tes travaux, ta raison et tes sens.
Le soleil qui t'écou'e, et la terre, la terre,
Que tu sens se mouvoir sous les pieds fré-
missants.
Le second jour a fui. Que fait Colomb ? il dort;
La fatigue Taccable, et dans Tombre on
conspire.
))Périra-t-il? aux voix: — la mort! — la
mort! — la mort!
»QuMl triomphe demain, ou, parjure, il
expire."
Les ingrats! quoi! demain il aura pour
tombeau
Les mers où son audace ouvre un chemin
nouveau,
Et peut-être demain leurs flots impitoyables,
Le poussant vers ces bords que cherchait
son regard,
Les lui feront toucher, en roulant sur les sables
L'aventurier Colomb, grand homme un jour
plus tard!
Il rêve: comme un voile étendu sur les mers.
L'horizon qui les borne à ses yeux se déchire,
Et ce monde nouveau qui manque à Tuuivers,
De ses regards ardents il Tembrasse, il
Tadmirc.
Qu'il est beau, qu'il est frais ce monde
vierge encor!
L'or brille sur ses fruits, ses eaux roulent
de Tor.
Déjà, plein d'une ivresse inconnue et profonde,
Tu t'écriais, Colomb: »Cette terre est mon
bien!..."
Mais une voix s'élève, elle a nommé ce monde,
O douleur! et d'uu nom qui n'était pas le tien I
Reprde : les vois-fu, la foudre dans les mains,
Vois-tu ces Espagnols altérés de carnage
Effacer, en courant, du nombre des humains
Lo peuple désarmé qui couvre ce rivage?
Vois les palais en feu, les temples s'écroulant,
Le cacique étendu sur ce brasier brûlant,
Vois le saint crucifix, dont un prêtre inflexible
Menace les vaincus aii sortir du combat,
S'élever dans ses mains plus sanglant, plus
terrible
Que le glaive espagnol dans les mains du
soldat.
La terre s'est émue; elle s'ouvre:-descends!
Des peuples engloutis dans ses gouffres res-
^ pirent,
Captifs privés du jour, dont les bras lan-
guissants