Boekgegevens
Titel: Premières lectures françaises: Fransch leesboek voor de lagere klassen der hoogere burgerscholen enz.
Auteur: Herrig, Ludwig; Helderman, D.J.
Uitgave: Deventer: A. ter Gunne, 1871
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: NO 09-353
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_200765
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Leesvaardigheid, Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Premières lectures françaises: Fransch leesboek voor de lagere klassen der hoogere burgerscholen enz.
Vorige scan Volgende scanScanned page
PREMIÈRES LECTURES FRANÇAISES.
1. L'ARAIGNEE ET L'ABEILLE.
^ Une araignée voyait l'abeille voler çà et
là. »Pourquoi es-tu si assidue à te tour-
menter?" lui demanda-t-elle.
,j>Pour mon entretien."
»Et comment le trouves-tu?"
»En suçant du miel de mille et mille fleurs."
»Vraiment, tu agis là bien follement. A
ta place et avec ton aiguillon, je saurais
me procurer ma nourriture bien plus faci-
lement."
»Tais-toi, infâme brigand!" dit l'abeille
en rinterrorapant: »Celui qui est honnête
n'aspire à aucune nourriture qui puisse cau-
ser du dommage ou la mort à un autre.
Les hommes, me bénissent, mais ils dé-
tournent leurs regards de toi avec dégoût."
2. LA CIGALE ET LA EOURMI.
La cigale ayant chanté
Tout Pété,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue.
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau!
Elle alla crier famine
Chez la fourmi, sa voisine,
La priant de lui prêter
Que que grain, pour subsister
Jusqu'à la saison nouvelle.
Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l'août, foi d'animal.
Intérêt et, principal.
La fourmi n'est pas prêteuse:
C'est là son moindre défaut.
Que faisiez-vous au temps chaud?
Dit-elle à cette emprunteuse.
Nuit, et jour à tout venant
Jç chantais, ne vous déplaise. —
Vous chantiez! j'en suis fort aise:
Eh bien! dansez maintenant.
(La Fontaine.)
3. LE CHIEN ET LE CHAT.
Un chien, vendu par son maître,
Brisa sa chaîne, et revint
Au logis qui le vit naître.
Jugez de ce qu'il devint
Lorsque, pour prix de son zèle.
Il fut de cette maison
Reconduit par le bâton
Vers sa demeure nouvelle.
Un vieux chat, son compagnon.
Voyant sa surprise extrême,
Eu passant lui dit ce mot :
»Tu croyais donc, pauvre sot,
Que c'est pour nous qu'on nous aime?"
(Florian.)
4. LE SOLEIL ET LE VENT,
Un jour le soleil et le vent entrèrent en
dispute pour savoir lequel des deux {par-
viendrait le plus vite à faire ôter l'habit à
un voyageur qui passait sur la grande route.
Le vent prétendit être le plus fort'et le
voilà qui commence à souffler. — Oh! quel
vilain vent! dit notre voyageur; il paraît
que le temps va changer, le ciel se couvre
et j'ai bien froid: boutonnons notre habit
jusqu'en haut. 11 ferme son habit et hâfe
sa marche afin d'échapper au mauvais temps.
Après un quart-d'heure le vent, fatigué de