Boekgegevens
Titel: Premières lectures françaises: Fransch leesboek voor de lagere klassen der hoogere burgerscholen enz.
Auteur: Herrig, Ludwig; Helderman, D.J.
Uitgave: Deventer: A. ter Gunne, 1871
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: NO 09-353
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_200765
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Leesvaardigheid, Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Premières lectures françaises: Fransch leesboek voor de lagere klassen der hoogere burgerscholen enz.
Vorige scan Volgende scanScanned page
— 112 —
qu'une multitude composée de gens de la
dernière classe du peuple, sans ordre, sans
discipline et sans courage, souvent sans
armes et sans vivres, que le dérangement
de leurs affaires, l'oisiveté et le désir de
s'enrichir avaient engagés à entreprendre une
aussi longue expédition. Lorsque ensuile
de véritables armées passèrent en Asie, les
divisions et les querelles des princes et des
seigneurs croisés mirent un grand obstacle à
leurs succès, et les empereurs grecs, à qui
CCS expéditions étaient a charge, ne songè-
rent qu'à les entraver, bien qu'on ne les
eût commencées qu'à leurs sollicitations
pressantes.
Baudoin I, successeur de Godefroi, vit
trois armées de croisés succomber sous Ars-
lan, en Asie-Mineure, Vaincu lui-même à
Rama, il se releva, grâce aux dissensions
des Turcs,, et Ptolémaïs, Béryte, Sidon,
Tripolie tombèrent au pouvoir des chrétiens.
Baudoin 11 y joignit Tyr. Foulques d'Anjou,
son gendre, fut vaincu par Zenghi, sultan
d'Alep. La discorde entre les princes chré-
tiens et leurs guerres avec l'empereur Jean
Commène , facilitèrent les conquêtes des Seld-
joucides. Saint Bernard prêcha la seconde
croisade, à laquelle s'engagèrent l'empereur
Conrad et Louis le Jeune, roi de France,
Conrad fut trahi par les Grecs que l'empereur
Manuel lui donna pour guides, et perdit son
armée ; Louis perdit son arrière-garde à Lao-
dicée, et parvint avec peine à Antioche,
d'où il échoua contre Damas. Cependant
Baudoin 111 et Amaury, son fils, rois de
Jérusalem, se défendirent avec assez de suc-
cès contre JMoureddin, fils de Zenghi. Sala-
din, général de Noureddin, et qui avait
conquis l'Egypte sur le dernier Fatimite,
joignit à cette province l'Yémen et la Syrie,
enlevée aux fis de Noureddin, et trans-
porta le titre d'émir al omrah des Seldjou-
cides aux Ayoubites, dont il fut la tige.
Cependant Baudoin IV et Baudoin V pas-
saient sur le trône de Jérusalem. Vaincu
par les chrétiens à Ascalon , Sàladin remporta
sur Guy de Lusignan la célèbre victoire de
Tibériade, qui ne laissa aux chretiens divisés
que Tyr, Tripoli et Antioche. Alors eut
lieu la troisième croisade. Frédéric 1 Bar-
berousse écrasa l'armée impériale d'isaac
l'Auge, et deux armées turques de Kidlige-
Arslan II; mais il mourut pour s'être baigué
dau? le Cydnus. Richard Cœur-de-Lion et
Philippe Auguste, rois d'Angleterre et de
France, vinrent aider les chrétiens à em-
porter Saint-Jean d'Acre après trois ans de
siège ; puis ils repartirent pour l'Europe,
Richard ayant forcé Salad in à lui céder la
Palestine. Malek-Adhel, frère et successeur
de Saladin, poursuivit les chrétiens, qui tour-
nèrent encore leurs regards vers l'Occident.
Lors de la quatrième croisade, dont les
chefs principaux éiaient Baudoin IX, comte
de Flandre, Boniface 11, marquis de Mont-
ferrat, Henri Dandolo, doge de Venise, les
Français prirent Constantinople, chassèrent
les empereurs grecs, et éleverent Baudoin,
comte de Flandre, à la dignité impériale;
mais leur règne ne fut pas de longue durée, ,
)arce qu'ils furent saus cesse assaillis par
es rois bulgares et par les empereurs grecs
réfugiés à Nicée. Baudoin 1er conquit la i
Thrace, et mourut prisonnier des Bulgares,
Henri, son frère et son successeur, vainquit'
les Bulgares, et ensuite les Grecs, que
commandait Théodore Lascàris. Pierre de
Courtenay ,fut pris et mis à mort par le
despote d'Epire. Robert, son fils, dut quel-
ques succès aux discordes des Grecs, et fut
ensuite vaincu par Vatace, successeur de
Lascaris. Jean de Brienne et Baudoin 11
sauvèrent à peine Constantinople, assiégée,
trois fois par le même Vatace. Tandis que
Théodore 11 Lascaris, fils de Vatace, triom-
phait des Tartares, des Bulgares et des Épi-
rotes , et que, pendant la minorité de son
fils Jean Lascaris, Muzalon et Michel Paléo-
logue se disputaient la régence, les Latins
respirèrent unpen; mais Paléologue, pro-
clamé empereur, s'empara de Constantinople
l'année suivante, et Baudoin alla mourir
obscurément à Venise.
,La cinquième croisade fut dirigée sur
l'Egypte, oii Jean de Brienne eut des suc-
cès que compromit ensuite la division des
croisés. La sixième, commandée par l'em-
pereur Frédéric II, enleva au sultan Mélé-
diu la Palestine, qui retomba bientôt sous
le pouvoir des Musulmans, C'était l'époque
où les Mongols, conduits par Genghis-Khan,
s'emparaient momentanément de toute l'Asie
sur les Gaznévides et les Seldjoucides, et
passaient de là ,en Europe. Malek-Saleh
se concentra en Egypte. Saint Louis diri-
gea la septième croisade contre Almoadin,
fils de Saleh; il emporta Damiette, puis il
fut vaincu et pris à la Mftssoure. Boudo-"
char, successeur d'Almoadin, repoussa les
Mougols, et consomma la ruine des chré-
tiens' en Palestine. La huitième croisade
contre Tunis se termina par la mort de
saint Louis, et de nouveaux intérêts empê-
chèreut les priuces de s'occuper davantage
de l'Asie.
L'Europe perdit par ces croisades plu-