Boekgegevens
Titel: Abrégé de la grammaire française
Auteur: Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1866
2e éd; 1e dr.: 1855
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 1036
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_200062
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Grammatica's (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Abrégé de la grammaire française
Vorige scan Volgende scanScanned page
82.
et l'autre de la chose, — on emploie ordinairement
le complément de la personne comme le complément
indirect des deux verbes ensemble : Je lui ai vu des-
siner un portrait. Je le lui ai entendu dire. J'ai
entendu dire cela a mon frère. Les larme? que j'ai
vu verser a cette fille m'ont touch'..
§ 222. Un verbe ne peut avoir deux compléments
indirects pour exprimer le même rapport. On ne peut
pas dire: G est de lui de qui je parle; ce ri est pas
de cela dont il s'agit; cest a Paris où je vais; mais
on dit : Ce n'est pas de lui que je parle ; ce n'est pas
de cela qu'il s'agit; c'est à Paris que je vais.
§ 223. Un nom peur compléter l'acception de deux
verbes, pourvu que le complément de ces verbes soit
de la même nature: Cet ennemi attaqua et prit la
ville. Mais on ne peut pas dire : Cet ennemi attaqua et
s'empara de la ville, parce qu'on dit: s'emparer d'une
ville et attaquer une ville. De la même manière on
ne peut pas dire : J'ai entendu et profité du sermon;
mais il faut dire : J'ai entendu le sermon et j'en ai
profité.
§ 224. Quand un verbe a deux différents complé-
ments, le plus court se place ordinairement le premier;
mais si les compléments sont de même longueur, le
complément direct se place avant le complément indi-
rect: Donnez une récompense a cet homme. Donnez
à cet homme la récompense de son assiduité. J'ai
donné ce livre à ma sceur. J'ai donné à ma sœur
le livre qu'elle m'a demandé.
§ 225. Lorsque le complément d'un verbe renferme
différentes parties, celles-ci doivent être exprimées par
des mots de même espèce.
Il y a donc une faute contre cette règle dans ces