Boekgegevens
Titel: Abrégé de la grammaire française
Auteur: Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1866
2e éd; 1e dr.: 1855
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 1036
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_200062
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Grammatica's (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Abrégé de la grammaire française
Vorige scan Volgende scanScanned page
77.
Quand je le voudrais, je Al wilde ik het, zoo zou
ne le pourrai» pas. uiet kunnen.
Je serais votre ami, quand Ik zou uw vriend zijn, al
même vous ne le vou- wildet gij het niet.
driez pas.
§ 210. En Hollandais, on emploie quelquefois la
forme du passé imparfait dans le sens d'un conditionnel.
Les Français font alors usage du présent du conditionnel ;
mais ils expriment aussi la condition par le passé impar-
fait avec la conjonction si.
Je souhaiterais quil eût Ik wenschte dat hij eene
un emploi. post hadde.
Si je l'avais vu, je Vau- Had ik hem gezien , dan zou
rais salué. ik hem gegroet hebben.
Je voudrais partir demain. Ik wenschte morgen te
vertrekken.
4. Le Subjonctif.
§ 211. Le subjonctif s'emploie dans une proposition
subordonnée quand le verbe de la proposition princi-
pale exprime l'incertitude, le doute, la surprise , l'ad-
miration ou quelque autre affection de l'âme; c'est de
ce principe général que sortent les règles suivantes;
1®. Le verbe de la proposition subordonnée se met
au subjonctif, lorsque l'idée du verbe dans la princi-
pale lui communique l'incertitude, manque de réalité:
Je souhaite, je désire, je veux, je permets, je nie,
je consens que vous répondiez a cette lettre. Quand
l'un de ces verbes précède, l'action de répondre à la
lettre reste incertaine. Il en est tout autrement, si
l'on dit: Je vois, je sais, je pense, je crois, je m'i-