Boekgegevens
Titel: Abrégé de la grammaire française
Auteur: Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1866
2e éd; 1e dr.: 1855
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 1036
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_200062
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Grammatica's (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Abrégé de la grammaire française
Vorige scan Volgende scanScanned page
74.
considère la totalité de l'action avec son commencement
et sa fin.
Le passé imparfait.
J'écrivais %ne lettre, lors-
qu'il est entré.
Les convives étaient à table
lorsqu'on reçut la nou-
velle de sa mort.
Nous étions plus heureux
quand nous demeurions
à la campagne.
J'étais bien triste hier.
Le passé indéfini.
On me remit votre lettre
et je partis sur-le-champ.
Je reçus hier votre lettre,
mais un accident m'a
empêché d'y répondre.
Mon père revint de Paris,
il y a quinze jours.
Napoléon fut défait a Wa-
terloo.
J'écnwis au pharmacien, et
je le priai de se rendre
auprès de moi.
Votre père était la bonté
elle-même ; il ne grondait
jamais, ne se plaignait
jamais, et il était tou-
jours content.
§ 204. Lorsqu'un action passée est en rapport avec
une autre action également passée, de manière que la
première continuait au moment oii la seconde com-
mença, il est évident, que la première exige«m-
parfait. Aussi emploie-t-on l'imparfait pour le second
verbe, lorsque l'idée de durée y est comprise; mais
on emploie le passé indéfini, lorsqu'on désigne l'achè-
vement d'une action.
Mon ami dormait tranquil-
lement , pendant qu'on
le cherchait partout.
exprime une habitude, on
emploie le passé imparfait: Pierre Ise \e\&\t régulièrement
Pendant que notre
faisait ce discours, nous
abordâmes a l'Ue.
§ 205. Quand l'action