Boekgegevens
Titel: Abrégé de la grammaire française
Auteur: Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1866
2e éd; 1e dr.: 1855
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 1036
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_200062
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Grammatica's (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Abrégé de la grammaire française
Vorige scan Volgende scanScanned page
69.
Prés. imp. de Tlnd: je vis, nous vivons. Passé iiidéf:
je vécus ^ nous vécûmes.
Eevivre (herleven) et survivre (overleven) se conju-
guent de même.
h, l'emploi des deux auxiliaires avoir et être.
§ 187 Tous les verbes actifs se conjuguent sans
distinction avec le verbe avoir.
§ 188. Les verbes pronominaux se conjuguent avec
être, à l'opposition du hollandais, on ils se conjuguent
avec le verbe »hebben": je mC'suis flatté, il s est lavé,
§ 189. Quelques verbes neutres exigent le verbe
avoir, et d'autres le verbe être; dans le premier cas
lorsqu'ils expriment plutôt une action qu'un état, et
dans le second cas lorsqu'ils expriment plutôt un état
qu'une action. Ce ne sont que les verbes, aller, arriver,
choir, décéder, mourir, éclore, tomber, naître et
venir qui exigent toujours Tauxiliaire être, parce qu'ils
marquent un état. D'autres verbes exigent tantôt être,
tantôt avoir, selon qu'ils marquent l'état ou l'action:
J'ai- demeuré longtemps dans cette maison. Mon
frere est demeuré à Paris.
La fièvre a cessé signifie qu'elle reviendra ou qu'on
a lieu de la craindre. La fièvre est cessée signifie qu'on
juge qu'elle ne reviendra pas.
Les eaux ont cru depuis hier, et elle croissent
encore. Depuis hier les eaux sont crues de deux
pieds.
Nous avons abordé a cette île avec beaucoup de
peine. Eniin nous sommes abordés.
Le voleur a échappé signifie qu'il a évité d'être