Boekgegevens
Titel: Abrégé de la grammaire française
Auteur: Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1866
2e éd; 1e dr.: 1855
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 1036
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_200062
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Grammatica's (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Abrégé de la grammaire française
Vorige scan Volgende scanScanned page
47
marque pre'cisément une femme ou plusieurs personnes:
On est heureuse quand on est mère et que Von est
adorée de ses enfants. Sera t-on aussi contents, lorsqu'on
sera toujours ensemble^ Et l'inscription de la porte
d'un cimetière : Ici Von est égaux^
L'euphonie [De welluidendheid) exige qu'on dise Von
au lieu de on, quand ce pronom est précédé d'un des
mots et, si, ou, où, que, qui, ici. Cependant si le
mot qui suit le pronom on, commence par la lettre
^, on ne doit, pas se servir de Von : Id on le voit,
et on le lÀra.
§ 167. Quiconque est ordinairement masculin sin-
gulier. Quand il se trouve dans le premier membre de
la phrase, il est en même temps le sujet du second
membre: Quiconque attend un malheur certain, peut
déjà se dire malheureux,
§ 168. Quelqu'un se dit des personnes et ne prend
le féminin et le pluriel que lorsqu'il est suivi d'un
substantif ou d'un pronom précédé de la préposition de,
ou lorsqu'il est en rapport avec le pronom en: Je con-
fiais quelqu un; quelqu un 'nia vu. Connaissez-vous
quelques-uns de ces hommes, quelques-unes de ces femmes^
J'en connaÙH quelques-uns, quelques-unes. En ce cas
il peut se dire aussi au pluriel de choses: Je connais
quelques-unes de ces fleurs.
§ 169. Ce que nous avons dit du mot quelqu U7i,
est aussi applicable au mot chacun; seulement ce mot
n a en nul cas de pluriel: Chacune de ces femmes.
§ 170. Autrui ne se dit que des personnes; il n'a
ni genre ni nombre et ne s'emploie qu'avec les prépo-
sitions de et a. Ne fais h autrui que ce que tu veux
qu'on te fasse à toi-même. Il ne faut pas désirer le
mal d'autrui.