Boekgegevens
Titel: Abrégé de la grammaire française
Auteur: Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1866
2e éd; 1e dr.: 1855
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 1036
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_200062
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Grammatica's (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Abrégé de la grammaire française
Vorige scan Volgende scanScanned page
11
b. le nombre des substantifs.
§ 22. La lettre s est la marque distinctive du plu-
riel des substantifs : la table, les tables, la loi, les lois.
§ 23. Première exception. Les noms terminés par
s, X ou z ont le pluriel semblable au singulier: le lis,
les lis; la croix, les croix, le nez, les nez.
§ 24. Deuxième exception. Les noms terminés par
au, eu et ou prennent x au pluriel: le veau, les
veaux, le feu, les feux, le genou, les genoux.
Les substantifs suivants prennent s au pluriel: le
bambou, le clou, le coucou, l'écrou, le cou, le filou,
le fou, le sou, le trou, le verrou.
§ 25. Troisième exception. La plupart des noms
terminés par al et ail changent cette terminaison en
aux au pluriel: un canal, des canaux; le corail, des
coraux.
Travail, signifiant ouvrage, a au pluriel: travaux ; mais
travail, machine pour attacher les chevaux lorsqu'on
les ferre, fait travails au pluriel. Carnaval, détail,
épouvantail, éventail, gouvernail, portail, régal, bal,
cal et fal suivent la règle générale. On dit: le bétail
ou les bestiaux.
§ 26. œil, ciel, dieul font au pluriel yeun, deux,
aïeux, mais on dit au pluriel : des ceils de bœuf,
(dakvenstertje), des ciels de lit (hemels van ledikanten),
mes deux aïeuls (mijn beide grootvaders).
I. le pluriel des noms propres.
§ 27. Les noms propres ne prennent pas la mar-
que du pluriel: les deux Caton, les deux Racine.