Boekgegevens
Titel: Abrégé de la grammaire française
Auteur: Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1866
2e éd; 1e dr.: 1855
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 1036
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_200062
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Grammatica's (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Abrégé de la grammaire française
Vorige scan Volgende scanScanned page
Lorsque la voyelle e ue se fait entendre point du
tout, ou qu'elle se prononce à peine, on l'appelle e
muet; d est Vé fermé, et è, ê sont des e ouverts.
On nomme apostrophe une petite marque, en forme
de virgule, dont on se sert pour indiquer l'élision
d'une voyelle devant un mot qui commence par une
voyelle ou un h muet.
On nomme cédille une petite marque qu'on met sous
la lettre c, quand elle précède les voyelles a, o, u,
pour lui donner le son de s: garçon, reçu, deçà.
Un tréma est un signe qu'on met sur une voyelle
pour avertir qu'elle se détache de la voyelle précé-
dente: Jiair, aïeul.
Un tiret ou trait d'union, est un petit trait, qui
sert à marquer l'étroite union qu'il y a entre deux
mots: arc-en-ciel, dormez-vousl
Un mot est composé d'autant de syllabes, qu'il y
a des émissions de la voix, lorsqu'on le prononce.
Les mots qui ne sont que d'une syllabe s'appellent
des monosyllabes; ceux qui sont de deux syllabes
s'appellent des dissyllabes; ceux qui sont de trois syl-
labes sont dps trissyllabes, et ceux qui ont plusieurs
syllabes sont des polysyllabes.
La syllabe qui est l'avant-dernière s'appelle la pénul-
tième, et la syllabe qui précède celle-ci s'appelle Van
iépénultième.
On divise les mots en Français eu neuf sortes: le
substantif, Varticle, Vadjectif, le pronom, le verbe,
la préposition, Vadverbe, la conjonction et tinter-
jection.