Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
80
PIEKRE-JEAN BÊRANGER Cat né à Pavis, en 1780, d'une famille pauvre.
Il fit son éducation presque tout seul parla lecture; mais il n'apprit ni le j
grec ni le latin. UAnacrêon du palais et de la chaumière a publié i
cinq recueils de chansons: tantôt il célèbre la gloire et les malheurs de sa 3
patrie, les grandeurs et les infortunes de la famille impériale, l'humanité,
la liberté, l'égahté; tantôt il chansonne la royauté des Bourbons, les no- f
bles, les courtisaus, les jésuites, le clergé, les vieux usages du passé, etc. i
Le mérite de Béranger est d'avoir été créateur dans un genre qu'on croyait |i
usé. Son style est clair, pur, élégant et précis. On regrette qu'nn assez |
graijd nombre de ses chansons ne puissent être amnistiées ni par la mo- 1
raie ni par le respect que nous devons à la religion. La mort de Béran- •
ger, arrivée le 17 juillet 1857, nous fait ajouter qu'en présence du sen- j
timent public, le gouvernement a voulu que ses obsèques fussent célébrées 'i
aux frais de l'État, et lui a fait le convoi d'un maréchal de France.
Souvenirs d'enfance.
Lieux où jadis m'a bercé l'Espérance,
Je vous revois à plus de cinquante ans.
On rajeunit aux souvenirs d'enfance.
Comme on renaît au souffle du printemps.
Salut! à vous, amis de mon jeune âge,
Salut! parents que mon amour bénit.
Grâce à vos soins, ici, pendant l'orage,
Pauvre oiselet, j'ai pu trouver un nid.
C'était à l'âge où naît l'amitié franche.
Sol que fleurit un matin plein d'espoir.
Un arbre y croît dont souvent uue branche
Nous sert d'appui pour marcher jusqu'au soir^).
C'est dans ces murs qu'en des jours de défaites,
De l'ennemi j'écoutais le canon,
Ici ma voix, mêlée aux chants des fêtes,
De la patrie a bégayé le nom.
1) Antonymie, ou opposition de mots. Le nom propre est pris ici par [ 1
antonomase, pour dire le poète lyrique. '
Métaphore qui présente une allégorie: le soir de la vie, la vieillesse.