Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
78
quinze ans, sera tenue, à tour de rôle en revenant de porter
du lait à Verneuil, de prendre de l'eau à la fontaine qui est
ici près, et d'arroser tous les matins, avant le lever du soleil,
les rosiers de notre digne bienfaiteur, de notre père commun. . .
Depuis quatre ans, Monseigneur, je n'ai pas manque à ce
devoir, et je vous dirai même que c'est à qui de nos jeunes
filles atteindra sa quinzième année, pour avoir l'honneur d'ar-
roser et de soigner les roses de monsieur de Malesherbes."
Ce récit naïf et touchant fit une vive impression sur le
ministre. Jamais il n'avait mieux senti toute la célébrité de
son nom. „Je ne m'étonne plus, se disait-il avec ravissement,
si mes rosiers sont aussi -) beaux et chargés de tant de fleurs.
Mais puisque toute la jeunesse des hameaux voisins daigne chaque
matin me donner une preuve si touchante de son amitié, je ;[
lui promets, en revanche, de ne pas laisser passer un seul jour |ï
sans venir visiter 3) ma solitude, qui m'est devenue plus chère
que jamais." — „Tant mieux," répondit la jeune fille, „cela fera ;£
que nous conduirons nos troupeaux de ce côté pour avoir le i
bonheur de vous contempler tout à notre aise, de vous faire
entendre nos chansonnettes, et de jaser quelquefois avec vous,
si Monseigneur daigne le permettre."
„Oui, mes enfants," reprit M. de Malesherbes; „venez, oh!
venez près de moi. S'il vous arrive quelques malheurs, je tâcherai
de les adoucir; s'il s'élève parmi vous quelques différends, je
les aplanirai peut-être; et si v^uelques mariages assortis par le
cœur ne pouvaient se faire par disproportion de fortune, eh
bien! je saurai tout concilier." •— „Dans ce cas-là," repartit
vivement la jeune laitière, „Monseigneur ne 'manquera pas
d'occupation____ Mais j'oublie que ma mère m'attend ; je cours
1) Chacune a son tour. \
2) Il ne faut pas confondre si avec aussi; le second se dit quand il y !
a comparaison; le premier quand il n'y en pas. j
Aller voir, vaudrait mieux; visiter n'est guère en usage qu'en par- j
lant de visites de cérémonie. |
-i) Jaser, parler et causer beaucoup, est une expression familière; elle i
se dit aussi de quelques oiseaux, particulièrement des pies et des perroquets i
qui parlent. i