Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
73
„J^veillerai pour toi la pitié, la justice
De rincorruptible avenir;
Eux-même i) épureront, par leur long artifice,
Ton honneur qu'ils pensent ternir."
Soyez béni, mon dieu! vous qui daignez me rendre
L'innocence et son noble orgueil;
Vous qui, pour protéger le repos de ma cendre,
Veillerez près de mon cercueil!
Au banquet de la vie, infortuné convive,
J'apparus un jour, et je meurs:
Je meurs, et sur ma tombe, où lentement j'arrive,
Nul ne viendra verser des pleurs 2).
Salut, champs que j'aimais, et vous, douce verdure,
Et vous, riant exil des bois!
Ciel, pavillon de l'homme, admirable nature.
Salut pour la dernière fois!
Ah ! puissent voir longtemps votre beauté sacrée
Tant d'amis sourds à mes adieux!
Qu'ils meurent pleins de jours, que leur mort soit pleurée!
Qu'un ami leur ferme les yeux!
jean-nicolas bouilly, né en 1763 à Tours (Indre-et-Loire), descen-
dait d'une famille fort distinguée: son grand père maternel avait exercé
les plus hautes charges de la magistrature. Après avoir suivi les Cours
du Gymnase de sa ville natale, Bouilly vint étudier le droit à TUniver-
silé d'Orléans, puis il se tit recevoir dans l'ordre des avocats de Paris.
Lorsque le Parlement de cette capitale fut transféré à Tours, le jeune,
jurisconsulte quitta le barreau pour se vouer entièrement à la littérature.
Il débuta par des drames historiques (parmi lesquels on remarque parti-
1) En prose on écrirait eux-mêmes. La suppression du s est une licence
poétique en faveur de l'élision.
2) Cette strophe est surtout remarquable.
I