Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
71
terre bien foulée; et le jour où tout fut fait, j'attendis, dans
des transes d'espérance et de crainte, l'heure de l'arrosement.
Après des siècles d'attente, cette heure arrive; M. Lamber-
cier vient aussi, à son ordinaire, assister à l'opération, durant
laquelle je me tenais derrière lui pour cacher mon arbre, .auquel
très-heureusement je tournais le dos.
A peine achevait-on de verser le premier seau d'eau, que je
commençai d'en voir couler dans mon bassin. A cet aspect,
la prudence m'abandonna ; je me mis à pousser des cris de joie,
qui firent retourner M. Lambercier; et ce fut dommage, car il
prenait grand plaisir à voir combien la terre du noyer était
bonne et buvait avidement son eau. Frappé de la voir se
partager entre deux bassins, il s'écrie à son tour, regarde,
aperçoit la friponnerie, se fait apporter une pioche, donne un
coup, fait voler deux ou trois éclats de mes planches, et criant
à pleine tête Un aqueduc! un aqueduc! il frappe de toutes
parts des coups impitoyables, dont chacun portait au milieu de
mon cœur. En un moment, les planches, le conduit, le saule,
tout fut détruit, tout fut labouré, sans qu'il y eût, durant cette
expédition terrible, nul autre mot prononcé, si non l'exclama-
tion qu'il répétait sans cesse: un aqueduc! s'écriait-il, en brisant
tout, un aqueduc! un aqueduc!
On croira que l'aventure finit mal pour le petit architecte;
on se trompera: tout fut terminé, M. Lambercier ne me dit
pas un mot de reproche, ne me fit pas plus mauvais visage,
et ne m'en parla plus. Je l'entendis même, un peu après,
rire auprès de sa sœur, à gorge déployée; car le rire de M.
Lambercier s'entendait de loin; et, ce qu'il y eut de plus éton-
nant encore, c'est que, passé le premier saisissement, je ne fus
pas moi-même fort affligé. Je plantai ailleurs un autre arbre,
et je me rappelai souvent la catastrophe du premier, en répé-
tant avec emphase: Un aqueduc! un aqueduc!
') Expression hyptrholiqm.
C'est-à-dire, absorbait,
3) On dit aussi à tue-tête, pour de toute sa force*