Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
Le poète chantait: de sa lampe fidèle
S'éteignait par degrés les rayons pâlissants;
Et lui, prêt à mourir^) comme elle,
Exhalait ces tristes accents:
„La fleur de ma vie est fanée;
„11 fut rapide, mon destin!
„De mon orageuse journée
„Le soir toucha presqu'au matin."
Le poète chantait, quand la lyre fidèle
S'échappa tout-à-coup de sa débile main;
Sa lampe mourut; et comme elle
Us s'éteignit le lendemain.
68
NOTA. Le poète, atteint de consomption, s'était retiré, en 1816, au
village de Ncuilly, près de Paris, où huit jours avant sa mort il composa
la belle Romance: Priez pour moi. Plusieurs de ses poésies expriment
son état de souffrance, et font même souvent allusion au mal qui le consu-
mait. Un jour que Millevoye était allé avec son épouse à Paris, pour ■
y rendre visite à des amis, il se sentit beaucoup trop faible pour pouvoir
s'en retourner, et mourut au bout de quelques jours. Sa mort prématurée,
car il n'avait que 34 ans, fut un malheur public; il la prévit dans l'Elégie
suivante, que Ton peut envisager comme le chant du cygne.
Le Poète mourant.
Le nom de jean-jacques eousseau est devenu inséparable de celui de
Voltaire, quoiqu'il n'y eût pas toujours une grande sympathie entre eux,
surtout par rapport aux spectacles. Ce grand homme naquit à Genève, le
28 juin 1721. Son père exerçait la profession d'horloger. Les premières
années de Rousseau se passèrent à lire des romans, qu'il commentait avec
sou ardente imagination. A la lecture des romans succéda celle de Plutar-
que, dans la traduction d'Amyot. En sortant de sa pension, où il avait
appris un peu de latin, il entra chez un greffier, par lequel il fut déclaré
inepte. Du greffe, il passa dans l'atelier d'un graveur, homme brutal,
M II fallait, près de mourir; c'est-à-dire, etre sur le point de... Prêt
a mourir y signifie être préparé à la mort.