Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
55
flexion: Serez-vous du grand nombre des réprouvés, ou serez-
^ vous du petit nombre des élus? Serai-je moi-même du grand
^ nombre de ceux qui ne verront jamais leur dieu? serai-je du
I petit nombre de ceux qui éternellement jouiront de sa présence ?
Je n'en sais rien, c'est un mystère impénétrable. Ce qui est
'■'l sûr, et ce que la foi nous apprend, c'est qu'/^ y en auraheau'
i coup ê^appelés, et peu délus. Ce qui est sur, c'est que nous
à pouvons tous être réprouvés. Nous pouvons l'être! Quel sujet
I de crainte pour nous! Si un ange venait nous dire qu'une per-
-1 sonne de cet auditoire sera réprouvée, ne verra jamais son
d dieu, nous devrions être tous dans l'alarme, et nous demander
chacun à nous-mêmes: Sera-ce moi, sur qui tombera le sort?
ne serai-je pas cet infortuné qui sera à jamais la victime des
flammes vencreresses Mî* A.h! mes Frères, selon toutes les ap-
t parences, plusieurs parmi nous seront des réprouvés. O dieu!
,! dans quelle consternation ne doit pas nous jeter cette pensée,
1 et comment ne séchons-nous pas de crainte et de frayeur? Si
4 dans le moment que je vous parle, nous mourions tous, si la
ai voûte de cette église nous écrasait; le plus erand nombre de
d| ceux qui m'entendent serait damné, parce que le plus grand
31 nombre est dans le péché mortel. Que d'impudiques, que de
jureurs, que de vindicatifs, que de médisants, etc., qui seraient
à jamais bannis du Ciel! Ce qui est sûr encore, c'est que si
vous ne vous convertissez, si vous ne changez de vie. si vous
j ne faites pénitence, il y en aura bien peu parmi vous de sauvés.
i Enfin, ce qui est sûr, et ce qui doit un peu nous consoler,
c'est que nous avons tous une place dans le Ciel, et les moyens
« pour la gagner ne nous manquent pas. Oui, cher peuple, les
i] plus grands pécheurs d'entre vous, peuvent être du petit nombre
d des élus, pourvu qu'ils embrassent la repentance. Pensée bien
:q consolante pour nous: Il ne tient qua moi detre éternellement
heureux; et immanquablement je serai du petit nombre des élus,
si, comme le petit nombre, je profite des secours et des grâces
que dieu me donne pour cela. Ah! mes Erères, armez-vous
de courage, et d'un grand courage. Il s'agit d'un paradis, ou
H 0 St. Matthieu; ch. XXVI, v. 25.