Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
46
Hymne X.
Voyez ce chêne qui se déploie sur la pelouse, et fait l'or-
gueil du village. Son tronc est énorme, ses rameaux sont vigou-
reux; ses racines tortueuses descendent profondément dans la terre,
et soutiennent la masse immense. A ses branches l'oiseau sus-
pend son nid; sous son ombre le bétail se repose; les familles
du voisinage forment des groupes à l'abri de son dais de ver-
dure, et les vieillards le font observer à leurs enfants; mais
eux-mêmes n'ont aucun souvenir de l'avoir vu croître. Des
générations humaines, chacune à son tour, ont passé de la
naissance à la mort, et ce fils de la forêt est demeuré debout,
affrontant les tempêtes de deux cents hivers.
Cependant ce grand chêne n'était autrefois qu'un gland dont
la petitesse, dont la forme n'attirait aucune attention, semblable
à celui que vous voyez dans ce moment au pied de l'arbre sur
l'herbe. Dans un gland pareil, dont la coupe ne peut con-
tenir qu'une ou deux gouttes de rosée, était renfermé le chêne
entier. Tout ce tronc massif, tous ces rameaux noueux, toute
cette multitude de feuilles étaient compris dans le gland. L'arbre
s'est élevé, s'est accru, s'est développé par degrés: la pluie,
la rosée, le sol fécond la nourri; mais c'est du gland qu'il
sort. Les pluies, les rosées, le sol, ne peuvent produire un
chêne sans le gland, et du gland ne peuvent faire croître
qu'un chêne.
L'esprit d'un enfant ressemble à ce gland; il ne peut encore
déployer ses facultés, mais déjà il les possède. La mémoire,
rintelligence, l'imagination, la connaissance du bien et du mal,
sont dans l'esprit d'un enfant, d'un enfant même qui vient de
1) En terme de botanique, on nomme cupule le godet ou espèce de
coupe qui entoure en partie ou complètement le gland, la noisette, etc.;
et cupulijhre le fruit qui porte une cupule. — Lécole ou le hrou est
l'enveloppe verte de la noix. — Le macis est l'écorce {avilie) intérieure de p
la noix muscade. i