Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
41
Caractères et excellence de la Charité.
(Style biblique; 1 Cor. XIII).
Quand même je parlerais toutes les langues des hommes et
même des anges, si je n*ai point la charité, je ne suis que
comme l'airain qui résonne, ou comme une cymbale qui retentit.
Et quand même j'aurais le don de prophétie, et que je con-
naîtrais tous les mystères et la science de toutes choses; et
quand même j'aurais toute la foi jusqu'à transporter les mon-
tagnes, si je n'ai point la charité, cela ne me sert de rien
La charité est patiente; elle est pleine de bonté; la charité
n'est point envieuse; la charité n'est point insolente; elle ne
s'enfle point 2) d'orgueil;
Elle n'est point malhonnête; elle ne cherche point son intérêt;
elle ne s'aigrit point; elle ne soupçonne point le mal;
Elle ne se réjouit point de l'injustice, mais elle se réjouit de
^ la vérité;
Elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle sup-
porte tout 3).
^ La charité ne périt jamais; pour ce qui est des prophéties,
I elles seront abolies, et le don des langues cessera, et la con-
I naissance sera anéantie;
j Car nous ne connaissons qu'imparfaitement, et nous ne pro-
S phétisons qu'imparfaitement;
\ -
\ 1) Et non pas seruir à rien, qui se dit pour indiquer 1*usage, la des-
!' tinatiou, l'emploi des choses. -Servir de rien, éveille souvent l'idée d'une
nullité relative.
I 2) Avec point négation est plus forte qu'avec pas, parce que, dans
î l'ordre des distances, le point est une limite plus restreinte que le pas,
Quand je dis je n'ai point d'espérance, j*exprime une nullité complète d'es-
poir ; mais si je change le point en pas, je laisse en quelque sorte entrevoir,
i qu'il me reste encore une faible lueur d*cspérance. — Je noue pas, nie moins
(i fortement que ji nose point.
• 3; La répétition des mêmes mots, et Temploi des mêmes tours, est une
1 figure de rhétorique bien employée ici pour faire effet.