Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
33
La Bible.
Ma mère avait reçu de sa mère, au lit de mort, une belle
Bible de Royaumont, dans laquelle elle m'apprenait à lire
j quand j'étais petit enfant. Cette Bible avait des gravures de
sujets sacrés à toutes les pages. C'était Sara, c'était Tobie et
son ange, c'était Joseph ou Samuel, c'était surtout ces belles
scènes patriarcales oîi la nature solennelle et primitive de l'Orient
i| était mêlée à tous les actes de cette vie simple et merveilleuse
des premiers hommes. Quand j'avais bien récité ma leçon et lu à
peu près sans faute une demi-page de l'histoire sainte, ma mère
découvrait la gravure, et, tenant le livre ouvert sur ses genoux,
me la faisait contempler en me l'expliquant, pour ma récom-
pense. Elle était douée par la nature d'une âme aussi pieuse
que tendre, et de l'imagination la plus sensible et la plus
colorée; toutes ses pensées étaient sentiments, tous ses senti-
ments étaient images; sa belle, noble et suave figure réfléchis-
sait dans sa physionomie rayonnante tout ce qui brûlait dans
son cœur, tout ce qui se peignait dans sa pensée; et le son
argentin, affectueux, solennel et passionné de sa voix, ajou-
tait à tout ce qu'elle disait un accent de force, de charme et
d'amour, qui retentit encore en ce moment dans mon oreille,
hélas! après plusieurs années de silence! La vue de ces gra-
vures, les explications et les commentaires poétiques de ma mère,
m'inspiraient, dès la plus tendre enfance, des goûts et des in-
clinaisons bibliques. De l'amour des choses au désir de voir
les lieux où ces choses s'étaient passées, il n'y avait qu'un pas.
Je brûlais donc, dès l'âge de huit ans, du désir daller visiter
ces montagnes où dieu descendait; ces déserts où les anges
venaient montrer à Agar la source cachée, pour ranimer son
pauvre enfant banni et mourant de soif; ces fleuves qui sortaient
du Paradis terrestre; ce ciel où l'on voyait descendre et monter
les anges sur l'échelle de Jacob. Ce désir ne s'était jamais
éteint en moi: je rêvais toujours, depuis, un voyage en Orient,
comme un grand acte de ma vie intérieure; je construisais éter-