Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
313.
„J'ai pris Tengagement de renverser Taccusation, et tout
d'abord je vais l'attaquer droit au cœur. Potel, vous a-t-on
dit, nourrissait une haine profonde contre son beau-frère; une
circonstance récente avait envenimé cette haine; il n'attendait
que l'instant favorable à la vengeance. Le 19 ses irrésolutions
ont cessé; il va se pourvoir des instruments nécessaires à son
crime; il va acheter des chevrotines, et, deux jours après, on
les retrouve dans le cadavre de Basile. L'accusation est là tout
entière, — Et moi je dis: si Potel est allé au village de Gail-
lon, c'est qu'il manquait des munitions nécessaires; car, à moins
de supposer cet homme insensé, à moins de croire qu'il n'ait
voué sa tête à l'échafaud, jamais il ne se serait engagé dans
une démarche si périlleuse, la veille d'un assassinat, s'il avait
par devers lui les moyens de s'armer en secret, de déjouer
d'avance tous les soupçons, de préparer le crime sans montrer
sa figure, sans trahir son dessein.
„Eh bien! il est un fait que tout le monde ignore ici: oui,
Potel avait des munitions, il avait de la poudre fine, de la
poudre à canon; il avait six balles et trois cartouches! —Les
voilà! les voilà! (en disant ces mots, l'avocat arrache à Thui-
sier les balles et la poudrière, et les montrant à l'assemblée):
Voilà le salut! voilà l'innocence de Potel! et l'accusation vous
tombe des mains; car il ne peut plus y avoir d'accusation, et
j'entends une voix qui me crie, que Potel est sauvé!" — Bien
que ces paroles, à la fois éloquentes et pleines de feu, pro-
duisent dans l'auditoire une sensation profonde, Potal, déclaré
coupable par le Jury, est condamné à la peine de mort.
Conjuration de Catilina i).
NOTA, Catilina ayant eu Taudace de se pre'senter aa Sénat, et même d'y
prendre sa place accoutumée, cette témérité excite l'indignation du consul
Cicéron, qui le confond par ces mots:
„Jusques à quand, Catilina, jusques à quand abuserez-vous
de notre patience? Serons-nous longtemps encore le jouet de
0 Cette conjuration fut déjouée par l'éloquence de Cicéron l'an 63 av. J.-C.