Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
310.
souvent toute la douceur et toutes les grâces; qu'il joigne la
politesse française au sel attique des Grecs et à Furbanité des
Eomains; que, comme s'il s'était transformé dans la persqnne
des anciens orateurs, on reconnaisse en lui plutôt leur génie et
leur caractère que leur pensées et leurs expressions; et que,
l'imitation devenant une seconde nature, il parle comme Cicé-
ron, lorsque Cicéron imite Démosthènes, ou comme Virgile,
lorsque, par un noble, mais difficile larcin, il ne rougit point
de s'enrichir des dépouilles d'Homère.
Cour d'Assises de l'Eure.
{Gazette, des Tribunaux).
Naguère la ville d'Évreux était encore sous l'impression du
débat qui venait d'avoir pour théâtre la Cour d'Assises. Chose
étrange! c'était la sœur, c'étaient la mère, la femme et les
enfants de l'accusé qui avaient eux-mêmes fourni contre ce mal-
heureux les charges les plus redoutables.
Jacques Potel, accusé d'assassinat sur la personne de Basile
Haize, son beau-frère, a vu se dresser contre lui et les dépo-
sitions de sa famille, et les témoignages de ses voisins, et les
dénonciations de toute la contrée. Pas une voix ne s'est élevée
en sa faveur.
Le siège du ministère public était occupé par M. Millevoye,
fils du poète de ce nom.
„Je viens," a-t-il dit, „vous demander justice; car un homme
bon, primitif, plein d'aménité et de douceur, chéri des siens et
estimé de tous, un homme inoffensif, a succombé, la nuit, sous
les coups d'un lâche assassin, au moment où il venait de se
séparer de sa femme inquiète, pour aller vers son vieux père
qui l'attendait, et le sang de ce juste s'élève vers vous et vous
crie: Justice! justice! Et vous, hommes de conscience, vous ne
reculerez pas devant raccompiissement de ce terrible et dou-
loureux devoir, pas plus que moi-même je n'ai reculé, malgré
les angoisses de mon cœur. Pas de circonstances atténuantes;