Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
306.
de ses disciples entrèrent ensuite; ils étaient à peu près au
nombre de vingt: ils trouvèrent auprès de lui Xantippe, sa
femme, tenant le plus jeune de ses enfants entre ses bras.
Dès qu'elle les aperçut, elle s'écria d'une voix entrecoupée de
sanglots: „Alï! voilà vos amis, et c'est pour la dernière fois!"
Socrate ayant prié Criton de la faire remener chez elle, on
Tarracha de ce lieu, jetant des cris douloureux, et se meur-
trissant le visage.
Jamais il ne s'était montré à ses disciples avec tant de pa-
tience et de courage; ils ne pouvaient le voir sans être oppressés
par la douleur, l'écouter sans être pénétrés de plaisir. Dans
son dernier entretien, il leur dit qu'il n'était permis à personne
d'attenter à ses jours, parce que, placés sm- la terre comme
dans un poste, nous ne devons le quitter que par la permis-
sion des dieux; que pour lui, résigné à lem- volonté, il sou-
pirait après le moment qui le mettrait en possession du bon-
heur qu'il avait tâché de mériter par sa conduite. De là,
passant au dogme de l'immortalité de l'âme, il l'établit par
une foule de preuves qui justifiaient ses espérances. „Et quand
même," disait-il, „ces espérances ne seraient pas fondées, outre
que les sacrifices qu'elles exigeaient ne m'ont pas empêché
d'être le plus heureux des hommes, elles écartent loin de moi
les amertumes de la mort, et répandent sur mes derniers
moments une joie pure et délicieuse."
„Ainsi," ajouta-t-il, „tout homme qui, renonçant aux vo-
luptés, a pris soin d'embellir son âme, non d'ornements étran-
gers, mais des ornements qui lui sont propres, tels que la
justice, la tempérance et les autres vertus, doit être plein d'une
entière confiance, et attendre paisiblement l'heure de son trépas.
Vous me suivrez quand la vôtre sera venue; la mienne appro-
che, et, pour me servir de l'expression d'un de nos poètes,
j'entends déjà sa voix qui m'appelle."
„— N'auriez-vous i^as quelque chose à nous prescrire à l'égard
de vos enfants et de vos affaires?" lui demanda Criton.—• „Je
vous réitère le conseil que je vous ai souvent donné," répondit
L'nn des disciples de Socrate.