Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
298.
Le Flâneur.
Paris est la première capitale des flâneurs; la ville est dis-
posée, coupée, arrangée tout exprès pour la flânerie. Ces vas-
tes quais, ces monuments, ces boulevards, ces places publiques,
cette eau qui coule, ces dômes, ces flèches élancées, ce bruit,
ce mouvement, cette poussière, ces voitures qui passent comme
réclair, cette foule active, remuante, légère, insensée; ces
écoles, ces temples, ces grands hommes qui vous coudoient
à chaque coin de rue, ces beaux jardins, ces eaux, ces sta-
tues, cet empereur Napoléon qui est partout, ces soldats qui
marchent au son de toutes les musiques; ce Palais-Royal, la
plus immense boutique du monde, où tout est à vendre, de-
puis la perle de la plus belle eau jusqu'au diamant à vingt-
cinq centimes; cette cohue, ce mouvement, ces gravures, ces
bouquins, ces caricatures, vivantes histoires des ridicules de
chaque jour, et cette permission de tout faire, de tout voir,
les mains dans ses poches et le cigare à la bouche; et cette
facilité d'avoir sans délai et pour très-peu d'argent tout ce
qu'on veut; ces bibliothèques ouvertes à tout venant, et ces
musées où les siècles des beaux-arts ont entassé toutes leurs
splendeurs; et ces académies et ces collèges, et ces fêtes, ces
cérémonies, ces cortèges: voilà, j'espère, un vaste théâtre de
flânerie.
Notez bien que le flâneur ne s'avoue pas à lui-même qu'il
est un flâneur; au contraire, il se regarde, le bienheureux!
comme l'homme le plus occupé et le plus laborieux de ce monde.
Lui, un flâneur! y pensez-vous? mais il a en horreur l'oisive-
té; à peine est-il debout qu'il se met à son travail favori; ar-
tiste, il est à son tableau; poète, à son poème; homme d'Etat,
à sa correspondance.
Yous allez voir comme il va travailler aujourd'hui! car enfin,
il faut bien l'avouer, il n'est pas très-content de sa journée
d'hier, hier il était sorti pour chercher un document qui lui
manque; un conseil dont il a besoin, un peu de couleur dans