Boekgegevens
Titel: Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: C. van der Post jr, 1862
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 678 D 63
URL: http://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205535
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm), Proza (teksten), Gedichten (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Exercices de mémoire, de lectures et de déclamation: ou Mélanges, en prose et en vers ...
Vorige scan Volgende scanScanned page
293.
Puisque j'en suis au marchand de contremarques et au figu-
rant de théâtre, parlons-en.
Le marchand de contremarques est le marchand de plaisirs
dramatiques pour le Parisien. Le Parisien et le très-grand sei-
gneur d'autrefois étaient les seuls qui eussent le privilège de ne
pas payer au spectacle. A présent, qu'il n'y a plus de grands
seigneurs, le Parisien est le seul qui jouisse du privilège. Donc,
la première pièce se joue; le riche arrive, il s'ennuie et s'en-
dort; il s'en va; il jette ou il donne sa carte à des spéculateurs
qui sont à la porte du théâtre, et aussitôt le Parisien accourt,
ou plutôt on va le chercher. — „Voulez-vous voir danser madame
Alexis Dupont?" — „Voulez-vous voir jouer mademoiselle Geor-
ges, à son cinquième acte?" — „Odry va commencer, et il est
charmant!" Et voilà mon Parisien, le cigare à la bouche, qui
réfléchit, qui est distrait, qui marchande, qui accepte et qui
voit, pour le prix de la chandelle qu'il brûlerait le soir à la
maison, tout le beau du spectacle dédaigné par le riche. Le
voilà qui applaudit, qui rit, qui siffle, qui s'amuse; c'est pour
lui seul qu'il y a un Opéra dans le monde, pour lui seul qu'on
fait de l'art et de la poésie en France. Homme heureux! il
s'est levé; on l'a servi dès le matin; pour lui la poule a pondu
son œuf, la vache a donné son lait, le commissionnaire a pris
ses crochets, le décrotteur a débouché son cirage; pour lui le
tailleur a fait tous les habits que vous voyez; c'est pour lui
que tous les fournisseurs travaillent, que toutes les boutiques
s'éclairent, que les théâtres sont ouverts. Heureuse, trois fois
heureuse influence des très-petits métiers!
Le petit métier est la providence du Parisien qui n'est pas
riche. Le petit métier le défend de l'ennui et du désespoir, et
le met au niveau de toutes les fortunes; il lui donne les moyens
de satisfaire tous ses goûts, tous ses désirs. C'est aux petits
métiers que le Parisien doit son bien-être, sa maison, et ses
gens et sa voiture. Les petits métiers ont donné à chaque Pa-
risien une grande voiture à deux et à trois chevaux, toujours
à ses ordres, toujours prête à lui faire traverser la ville dans
tous les sens. Insouciant et paresseux 'oonhomme de Paris! Il
a fallu que le conducteur d'omnibus eût une livrée; il a réglé